Seudónimo :Contraseña :Recordar ¿ Olvidado ?
Geneworld.net
Ciertas funcionalidades de sitios son reservados para el miembro Enelye.
Con el fin de sacar provecho plenamente de éste no vacile en crear una cuenta ¡ es gratuito y rápido !
AcogidaGenéricosManga / AnimasSalidasColeccionesDibujos / FiccionesCultura de asiaTiendasBúsqueda Búsqueda

¡ SIGA A GENEWORLD !

Sobre FacebookSobre Facebook
Sobre TwitterSobre Twitter
Sobre GoogleSobre Google
Geneworld.net>Ficciones>Naikkoh>Tales of Symphonia - Ce que nous dicte le coeur- Partie II

03 - UN PEU DE CHALEUR HUMAINE POR NAIKKOH



Depuis plusieurs heures Zélos tournait en rond dans la grande salle. Il faisait presque nuit à présent. Préséa, l’aubergiste et sa petite fille, avaient atteint l’abbaye peu de temps après son arrivée, mais toujours aucune trace de Sheena et de Kratos.

Les retrouvailles avec Sélès avaient été glaciales, comme prévu. Sa venue avait été annoncée auprès de sa demi-sœur, dés qu’il avait pénétré le domaine et elle l’avait accueilli sur les marches de pierre, avec raideur. Elle était ensuite retournée immédiatement dans ses appartements et n’en était plus sortie depuis lors.
Puis Préséa était arrivée. Ils avaient été retardés par quelques monstres et avaient du fuir précipitamment, la jeune fille ayant jugé inutile de s’exposer sans raison au danger. Ils avaient attendu cachés dans un arbre, puis s’étaient remis rapidement en route pour n’atteindre l’abbaye que tard dans l’après midi. La famille enfin réunie, tout à la joie des retrouvailles, remercia chaleureusement leurs sauveurs et Zélos s’était excusé de les avoir embarqués bien malgré eux dans cette histoire.
Tous avaient regagné la chambre que les moines leur avaient assigné dés leur arrivée, mais Zélos, que le sommeil fuyait à présent était redescendu guetter leurs deux compagnons manquants.
Et la nuit passa ainsi, Zélos ayant fini par être vaincu par la fatigue, s’était endormi sur une chaise prés d’une des larges fenêtres de la grande salle.

Dehors, le jour commençait à poindre, et les premiers rayons du soleil vinrent chatouiller le visage du jeune homme endormi. Gêné, il fronça les sourcils et fini par ouvrir les yeux se rappelant par la même occasion les raisons de sa présence sur cette petite chaise en bois très inconfortable. Il s’étira en baillant, courbaturé par la mauvaise position dans laquelle il s’était endormi, et décida d’aller faire un petit tour dehors afin de se dégourdir un peu. Il croisa quelques moines sur son chemin, déjà au travail depuis 4 heures.
Une fois à l’extérieur, la fraîcheur ambiante acheva de le réveiller tout à fait et il s’aperçut qu’il y avait beaucoup plus de religieux dans ce lieu qu’il ne l’avait pensé. Sans bruits, ils s’affairaient en silence à leur tâche. Zélos en fût surpris : il ne les avait pas entendu remuer prés de lui lorsqu’il dormait tout à l’heure et pourtant ils avaient l’air d’être debout depuis un certain temps déjà. Sans doute était-ce parce qu’ils n’avaient aucunes intentions belliqueuses à son égard qu’il avait pu avoir un sommeil si profond.
Cet endroit dégageait une telle impression de calme et de sérénité.

Zélos s’engagea dans une allée sur sa droite. Le gravier crissait sous ses pas. La brume matinale l’enveloppait, lui donnant l’illusion qu’il était seul. Le silence des religieux ne faisait qu’accroître ce sentiment, mais à mesure que Zélos avançait le long de l’allée, la sensation de solitude l’oppressait jusqu’à en devenir presque paniquante !
Soudain des bruits de pas se firent entendre à proximité.
Même si il ne voyait pas grand-chose dans se brouillard, Zélos scruta les environs, s’attendant à voir surgir quelqu’un à tout moment. Les bruits de pas se rapprochaient de lui et le jeune homme porta la main à sa hanche gauche afin de s’emparer de sa dague, avant de se souvenir qu’il avait laissé son arme à l’intérieur. L’imbécile !
L’Elu perçut un souffle rauque et, tendu, il essayait vainement d’en découvrir la provenance.
Il distingua alors une masse imposante qui se dirigeait lourdement vers lui. Un peu paniqué et sans armes pour se défendre, Zélos songea sérieusement pendant un court instant à prendre la fuite, mais au moment où il s’apprêtait à battre en retraite, l’identité de cette mystérieuse « chose » qui avançait vers lui, lui fût révélée.
Kratos surgit dans son champ de vision, visiblement à bout de force, s’efforçant de maintenir sur son dos d’une seule main Sheena encore plus pâle qu’avant leur séparation sur la place du marché de Meltokio. Son autre bras était couvert de sang et pendait lamentablement le long de son flanc.
Ayant perdu beaucoup trop de sang lors de son altercation avec le monstre ailé, le mercenaire avait dû renoncé à voler, cela lui coûtait beaucoup trop d’énergie. Il avait donc du faire le reste du chemin à pied, blessé, tout en portant l’invocatrice toujours inconsciente.
-Que s’est-il passé ? demanda Zélos en se précipitant vers Kratos qui flanchait sous le poids de Sheena.
-Petits soucis aériens… souffla le mercenaire, visiblement à bout.
Zélos le fixa un instant sans comprendre. Il avait bien dit « aérien » ???
Devant son air stupide, Kratos fit apparaître ses ailes bleutées pendant quelques secondes.
-Alors… toi aussi tu es… un ange ? … Comme Colette ? lui demanda-t-il interdit.
-Oui.
Cette déclaration frappa Zélos comme d’une évidence et expliquait bien des choses, comme sa connaissance parfaite de la prison, le fait qu’il était effectivement le mieux placé pour sortir Sheena de la ville discrètement, entre autre.
-Je vois… murmura Zélos
Kratos chancela et Zélos le soutint.
Le jeune homme entreprit ensuite de débarrasser le mercenaire de Sheena, toujours sur son dos. Le corps de la jeune femme était excessivement froid et un frisson glacé parcourut le corps de Zélos à son contact. Elle tremblait toujours et avait la respiration sifflante. Ses lèvres étaient mauves et ses traits tirés.
Zélos la déposa à terre avec douceur et entreprit de se dévêtir de sa veste afin de la lui mettre.
Dés qu’elle toucha le sol, Sheena se recroquevilla en position fœtale, réflexe inconscient pour conserver le peu de chaleur qu’il restait en elle.
-Tu m’expliques ? demanda Zélos à l’attention de Kratos, tandis qu’il essayait tant bien que mal de passer sa veste à la jeune femme.
-Nous étions en vol lorsqu’une créature étrange nous a attaqué, lui répondit l’ange après un court silence. Je n’avais jamais rien vu de tel auparavant… Sheena a échappé à mon emprise et est tombée dans le vide.
-Quoi ??? s’exclama l’Elu
-Ne m’interromps pas veux-tu… heureusement qu’elle a eu la présence d’esprit d’avoir recourt à l’invocation, sinon je n’aurais jamais pu la rattraper à temps.
Zélos fut parcourut d’un frisson le long de l’échine et posa sans s’en apercevoir, une main sur la joue glacée de Sheena.
-Les serviteurs du vent ont ralenti sa chute, continua Kratos, et j’ai pu la récupérer. Mais cette créature m’avait profondément entaillé l’épaule. Ne pouvant pas me soigner dans les airs, nous sommes redescendus sur la terre ferme. Toutefois, j’avais perdu déjà beaucoup de sang et j’ai dû finir le chemin à pied. C’est pourquoi nous n’arrivons que maintenant.
Zélos resta silencieux, attendant que Kratos poursuive, mais celui-ci en resta là concernant les explications. Il se releva donc en soulevant l’invocatrice dans ses bras. Celle-ci parut se détendre un peu à son contact, facilitant la tâche au jeune homme roux. Déjà qu’il avait eu de mal à lui faire enfiler sa veste, il se voyait mal porter quelqu’un roulé en boule.
-Il faut que je te dise encore une chose : elle n’a plus de Mana. Si on n’intervient pas très rapidement…fit Kratos finissant sa phrase par un silence lourd de conséquences.
Zélos opina du chef et il serra d’avantage l’invocatrice contre lui. Puis tous trois se dirigèrent aussi rapidement qu’ils le purent vers l’abbaye.

Plongé dans un environnement froid et noir, Sheena percevait, malgré tout, ce qui se passait autour d’elle, même si c’était de façon très faible, comme si un filtre atténuait les événements « extérieurs ». C’est ainsi qu’à demi-consciente, elle avait vaguement perçu l’agitation autour d’elle. Elle entendait deux personnes discuter sans pouvoir toutefois identifier à qui appartenait ces voix. L’une d’elles pourtant, avait des intonations étrangement familières, et son esprit déployait beaucoup d’efforts pour rester éveillé et identifier son propriétaire.
Le froid environnant se fit ressentir d’avantage alors qu’elle sentait quelque chose de dur et de granuleux sous elle. Elle se roula en boule. Elle avait si froid…
De la chaleur sur sa peau, une main tiède sur sa joue, puis une odeur si familière, que instinctivement ses muscles se relâchèrent. Elle se détendit tout à fait lorsque deux bras l’enserrèrent et la soulevèrent de terre. Un étrange sentiment de sérénité et de sécurité s’empara alors de ses sens. Dans ces bras là, elle aurait pu y rester toute sa vie, elle en avait la certitude.

-------
Raine arrivait en vue des remparts de Meltokio lorsqu’une petite créature au plumage chatoyant et changeant vint à sa rencontre. La demie-elfe stoppa Noishe, sa monture, et leva sa main afin que la créature puisse venir s’y poser.
Aussitôt, l’animal parut s’agiter comme si il voulait communiquer avec elle. Et c’était justement ce que l’Ishkal était en train de faire. Ses petits yeux noirs étaient plongés dans ceux du Professeur qui ne le quittait pas du regard, tandis que l’animal faisait gonfler son plumage évanescent, agitait sa jolie petite tête ainsi que sa queue suivant un code bien précis qu’elle avait l’air de comprendre.
Raine hocha la tête et fit volter Noishe en direction du sud est. L’Ishkal sur son épaule accompagnait leur course.

------
Kratos et Zélos, Sheena toujours dans ses bras, furent pris en charge dés leur arrivée dans l’abbaye par les religieux. Sheena fut conduite immédiatement dans une des nombreuses chambres de l’étage.
Un grand feu fut allumé dans le petit poêle et répandit bientôt une douce chaleur dans la pièce. Malgré cela et les plusieurs couvertures, la jeune femme grelottait, tremblait, se convulsait toujours, sous l’œil inquiet de Préséa, Kratos et Zélos.
- Que faire ? demanda Préséa anxieuse.
- Il faut qu’elle se réchauffe très rapidement.
- D’accord mais comment faire Kratos ? Rajouter d’avantages de couvertures sera inutile… tu t’en es rendu compte aussi bien que moi !
Zélos resta silencieux pendant que la jeune fille aux couettes roses et le mercenaire débattaient de la situation. Oui, il fallait redonner de la chaleur à ce corps et pour ça il connaissait un moyen imparable (Ouuuuuuuuh !!! Zélos le pervers !!! lol… nan je déconne^^)… En moins d’une demi seconde, sa décision fût prise. Tant pis si il subissait plus tard la colère de la jeune femme, au moins elle serait sauve.
Sous le regard ébahi de Kratos et Préséa, le jeune homme se déshabilla pour ne garder que ses sous-vêtements et se glissa sous les couvertures, aux côtés de l’invocatrice. Il la fit rouler délicatement sur le coté et la cala tout contre lui, rabattant la couverture le plus haut possible, la dissimulant ainsi aux regards. La chaleur de son corps devrait suffire à réchauffer le lit et par la même occasion Sheena. C’est du moins ce qu’il espérait.
Kratos et Préséa se jetèrent alors un regard entendu et sortirent de la pièce.
-L’un de nous repassera dans 2 heures pour s’assurer que tout va bien, dit Préséa en se retournant vers l’Elu de Tésséha’lla alors qu’elle s’apprêtait à franchir le seuil de la porte.
-Merci.

Une fois ses deux compagnons sortis, Zélos reporta son attention sur le corps inanimée contre lui. Pour lui, la chaleur se faisait déjà ressentir et des gouttes de sueur perlaient sur son front. Pourvu qu’il tienne dans cette fournaise suffocante. C’était là sa seule requête pour le moment.
Passant la main sur le bas du dos de Sheena, il fit basculer son bassin vers lui afin de la coller d’avantage à son propre corps, et entreprit, par des petits massages circulaires sur son dos et sa cuisse gauche, d’activer la circulation sanguine qui contribuera au réchauffement de l’organisme entier. Sheena, en manque de chaleur, se lova contre Zélos.
Cette situation assez équivoque n’était pas pour déplaire au jeune homme qui avait toujours rêvé de posséder ce corps aux courbes parfaites qu’il pouvait à présent détailler à loisir. Il nicha sa tête au creux du cou de l’invocatrice, ferma les yeux tout en y déposant un baiser aussi léger qu’un papillon, s’enivrant de son odeur.
"Dieu, qu’elle est désirable !"pensa-t-il en resserrant son étreinte et en continuant ses caresses, "Un jour tu seras mienne belle Sheena, j’en fais le serment… Et ce jour là…"
La jeune femme trembla plus fort, ramenant brutalement Zélos à la réalité. Il était là pour la sauver, pas pour profiter de sa faiblesse. Enfouissant au plus profond de son être son désir grandissant pour elle, il entreprit de contenir les tremblements de l’invocatrice et de la réchauffer, faisant abstraction de tout le reste.

-Tu crois qu’il va s’en sortir ?demanda Préséa dans le couloir.
-Et bien, il tient beaucoup plus à elle que ce qu’il veut nous faire croire. Il ne la laissera pas partir, lui répondit Kratos, perdu dans ses pensées. Mais ce sera à elle de se battre pour survivre… Raine ne devrait plus tarder à présent et elle fera le reste.
Puis il continua sa marche le long du couloir, laissant planté là Préséa, perplexe.
Cet homme est décidemment bien étrange pensa la jeune fille en le regardant partir. "Il ne nous dit pas tout, c’est certain."
Elle reporta son regard en direction de la chambre où ils venaient de laisser Zélos et Sheena quelques instants auparavant, soupira et se dirigea elle aussi vers la salle commune.

Zélos peinait à rester éveillé. La chaleur environnante était soporifique et le jeune homme luttait pour ne pas sombrer. Sans relâche, ses mains parcouraient le corps glacé de Sheena, frictionnant avec énergie la peau pâle marbrée de bleu. Malgré tout ses efforts, il ne pu déceler aucun changement. Elle était toujours aussi froide. Désespérément froide.
"Je t’en prie Sheena, reviens à toi."
L’Elu sentit à nouveau son cœur se serrer comme la veille alors qu’il l’avait cru morte dans sa cellule et dans un regain d’énergie, s’activa d’avantage. Le temps paraissait interminable.

-------
Epuisée, Raine pénétra dans le domaine de l’abbaye. Elle avait poussé Noishe à son extrême limite et le grand animal fumait, tellement il était en sueur, la langue pendante et tenant à grand peine sur ses pattes. La demie elfe sauta à bas de sa monture et se dirigea à grandes enjambées vers la grande porte de bois. Des domestiques de l’abbaye l’introduirent rapidement à l’intérieur dès qu’elle eu exposé l’objet de sa visite en ces lieux.

-K…Kratos ! s’exclama-t-elle en découvrant le mercenaire aux cotés de Préséa. Que diable fais-tu ici ?
-J’ai rencontré nos amis en fâcheuse posture à Meltokio hier dans la journée. Ils avaient quelques petits problèmes avec l’autorité à ce que j’ai pu comprendre…
-mmm…, renifla Raine, méfiante.
Elle n’avait jamais vraiment pardonnée à Kratos sa traîtrise dans la tour du Salut de Sylvarant, alors qu’il venait de livrer Colette à ses supérieurs du Cruxis. C’est donc avec stupeur qu’elle vit l’Ishkal quitter son épaule et venir se poser sur celle du mercenaire en toute confiance. Que voulait donc lui faire comprendre la créature par ce geste ? Qu’il n’était pas leur ennemi malgré les apparences ?
-Trêves de bavardages inutiles, je viens soigner Sheena. Génis, Régal et Colette m’ont expliqué ce qu’il s’était passé. Où est-elle ?
-Viens, suis moi, lui répondit Préséa.
Le Professeur emboîta alors le pas à la jeune fille, anxieuse. Peut être arrivait-elle trop tard…


_____________
Zélos, le pervers

Zélos : Comment ça tu me fais passer pour une personne avec l’esprit mal placé ??? O_o
Naikkoh : Mais parce que c’est le cas mon cher.
Sheena : Je confirme. Tes mains étaient un peu trop baladeuses -_-‘
Zélos : C’est un scandale ! Je proteste énergiquement ! Je me plaindrai à mon avocat !!! >’_’<
N : Mais vas-y, fait donc. Tu ne trouveras personne de toute manière. C’est moi qui écrit ton petit univers et dans ce monde là, les avocats n’existent pas ;P
Z : C’est de l’abus de pouvoir !!!
N :Yep ! XD
S : Vas-y Raine, tu peux le corriger maintenant comme il se doit ^^

R remonte ses manches et s’approche dangereusement de Z qui s’enfuit en courant.

Z : pourquoi je dois toujours m’enfuir devant ces donzelles moi ??? …pffff… Pervers, c’est vraiment un métier épuisant -_-‘

COMENTARIO(S)

¡ Todavía no hay opinión de depositado, sea la primera que lo hace !

Para anotar y dejar opiniones sobre las fichas usted debe ser miembro,
esto es GRATUITO y RÁPIDO, no vacile en inscribirte.

FICCIONES DE NAIKKOH

PERFIL DE NAIKKOH

BÚSQUEDA DE MIEMBROS

#
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

REDES SOCIALES

ANUNCIOS

MANGA EXCHANGE

Cambie sus banderas gratuitamente con Geneworld gracias a Manga Exchange

LAS BÚSQUEDAS MÁS POPULARES

  Mes parrains sont magiques    Yahari ore no seishun love come wa machigatteiru.    The arms peddler    Rex fabula    Grabouillon    Sam le pompier    Hanazono merry go round    Astérix et cléopâtre    .hack//G.U.    Kiba    Shingeki no kyojin    Seven deadly sins    Skip beat !    Galactik football    Sexe et magie noire  
Geneworld.es Geneworld.fr Geneworld.net - Fighting cards - Anime Covers - Manga Exchange - Hentaï Exchange - Mangavortex - Anoukis Shop - Pavillon Noir
Sitio miembro de la red Enelye - Copyright © 2004-2018, Anoukis Multimedia