Pseudo :Mot de passe :Retenir Oublié ?
Geneworld.net
Certaines fonctionnalités du sites sont réservées aux membres Enelye.
Afin de profiter pleinement de celui-ci n'hésitez pas à créer un compte, c'est gratuit et rapide !
AccueilGénériquesManga / AnimesSortiesCollectionsDessins / FictionsCulture d'asieBoutiquesRecherche Recherche

SUIVEZ GENEWORLD !

Sur FacebookSur Facebook
Sur TwitterSur Twitter
Sur GoogleSur Google
Geneworld.net>Fan-fictions>Naikkoh>Tales of Symphonia - Ce que nous dicte le coeur- Partie II

01 - EPHÉMÈRES RETROUVAILLES PAR NAIKKOH

-Sheena !
Ce cri résonnait, tel un appel désespéré, dans le couloir sombre et humide, passage secret permettant de s’échapper de la prison. Le petit groupe de fugitifs était massé autour d’une forme humaine dont le corps s’agitait convulsivement en tout sens.

Accroupi aux cotés de l’invocatrice, l’élu de Tésséha’lla, la gorge nouée, avait pris sa main dans la sienne et la serrait inconsciemment de toutes ses forces, comme si il voulait lui communiquer un peu de sa force vitale. Peine perdue manifestement…À ce rythme là le corps épuisé de la jeune femme ne tiendrait pas le choc encore bien longtemps, malgré son incroyable résistance due à l’exsphère qu’elle portait.
Kratos fixait la scène d’un air contrit. Il n’avait pas prévu que cela se passerait comme ça. Pas aussi rapidement en tout cas…
«Pas maintenant Sheena ! J’ai encore besoin que tu sois vivante et en pleine possession de ton pouvoir d’invocation pour la suite de mes projets… pensa-t-il en la voyant s’éteindre. Il va falloir que je fasse une entorse à la promesse que je me suis faite … du moins pour cette fois-ci.»

Il soupira et fouilla dans son habit bleu du Cruxis. Il en ressorti une petite fiole translucide contenant un liquide azuré. Il déboucha le capuchon et s’approcha de Sheena, le visage exsangue. Son organisme luttait contre le poison, dans une ultime tentative, faisant preuve d’un incroyable instinct de survie. Puisque l’augmentation de la température des cellules n’avait pu enrayer la progression du poison, peut être que le froid serait d’avantage efficace. Seulement la température du corps ne doit pas dépasser un certain seuil. Au-delà, c’est la mort. Face à ces deux actions contradictoires, l’organisme de Sheena ne savait plus comment réagir.
Le mercenaire s’accroupit auprès d’elle et releva sa tête avant de faire glisser entre ses lèvres le contenu de la fiole cristalline.
Chacun, et Zélos y compris, suivait avec appréhension son geste. Avec une infinie lenteur, les gouttes de potion, car c’en était bien une, pénétrèrent la commissure des lèvres de Sheena. Huit paires d’yeux étaient fixées sur elle à présent, guettant sa réaction, le moindre changement de son état.

*****

Progressivement les ténèbres glacées faisaient place à la lumière. Comme si brusquement quelqu’un venait d’allumer une torche. Une torche si vive que Sheena cligna plusieurs fois des yeux avant de les ouvrir lentement, aveuglée par la soudaine clarté.

Cela faisait si longtemps qu’elle errait au hasard dans une nuit sans fin. Et puis il y avait eu cette lumière au loin… vacillante au début, puis de plus en plus brillante et rassurante, à mesure qu’elle s’en rapprochait.
L’invocatrice se trouvait maintenant au beau milieu d’une étendue blanche, totalement nue. Mais cela ne semblait nullement la perturber. C’est comme si elle ne s’en rendait pas compte. Jamais encore elle ne s’était aussi bien et en sécurité. Une douce chaleur l’enveloppait.
Puis fronçant les sourcils, elle s’aperçut que quelque chose avançait dans sa direction. Mais elle n’arrivait pas à en distinguer les contours. Une fine brume dissimulait cette chose au regard de la jeune femme. Sheena s’arrêta et attendit que celle-ci la rejoigne.
La brume se dissipa en lents volutes blanchâtres et…

-Corrine !!!!
Sheena franchit en courant les quelques mètres qui la séparaient de l’esprit originel, et l’instant d’après l’humaine et la créature de mana se retrouvèrent enlacées.
Bonheur infini que de retrouver les êtres chers disparus.
Des larmes coulèrent le long des joues de la jeune femme tandis qu’elle répétait sans cesse le nom de son amie, de peur qu’elle disparaisse aussi soudainement qu’elle était apparue. Le petit animal se frottait tout contre sa joue.
-Oh ! Comme je suis heureuse Corrine ! Tu es là ! Tu m’as tellement manqué… !!!
-Moi aussi Sheena, je suis si heureuse d’avoir pu entrer en contact avec toi une ultime fois! couina l’esprit originel, ses quatre queues multicolores battant l’air.
-Comment ça une ultime fois ???... je savais que tu n’avais pas pu disparaître comme ça, que tu étais là, quelque part… Mais maintenant nous nous sommes enfin retrouvées et plus jamais nous ne serons séparées, n’est-ce pas ?
N’est-ce pas ???? ajouta-t-elle d’une toute petite voix chevrotante. Corrine !!! Dis moi quelque chose !!!

Corrine secoua lentement sa petite tête, sauta à terre et recula de quelques pas.
-Je regrette Sheena, mais nous ne pouvons plus être réunies. C’est impossible.
-Mais pourtant je suis là !!! Avec toi !!! cria presque la jeune femme, une pointe de désespoir dans la voix.
-Et tu ne devrais pas… Ecoutes, il est encore trop tôt pour te trouver ici. Je suis juste venue te guider vers l’endroit où se trouve ta place…
-Ma place est ici, à tes cotés ! Tu… tu es ma seule amie… Ne… ne m’abandonne pas une fois encore !!! s’exclama t’elle les yeux brûlants de larmes.
Ce fût comme si un torrent glacé se déversait en elle. Elle sentit son cœur se briser en mille morceaux et les miettes se disperser aux quatre vents. Elle avait eu tant de mal à recoller les morceaux la dernière fois, ça avait été si dur et éprouvant qu’elle n’avait plus la force de vivre cette séparation une fois encore.
-Ta vraie place est en bas, sur terre, auprès de tes amis. Tu dois leur faire plus confiance. Ils ne t’abandonneront pas. Ouvre leur ton cœur, ton cœur si généreux que j’ai appris à connaître, et ils te donneront tout ce que moi je ne peux pas te donner. Ne continue plus à t’enfermer… Ce n’est pas comme cela que ça marche. Je sais que tu as souffert par le passé, mais n’est-il pas temps de tourner la page ?
-Corrine… souffla Sheena, suppliante.
L’esprit originel s’avança vers son amie à genoux et vint poser sa petite patte sur sa poitrine.
-Je serais toujours à tes cotés, comme je l’ai toujours fait… Là, juste ici. Maintenant il est temps que tu t’en ailles et que tu rejoignes le monde qui est le tien.
Et n’oublie pas, rajouta-t-elle tandis que Sheena tombait de ce petit coin de Paradis qu’il lui avait été donné de fouler pendant quelques instants, je serais à jamais au fond de ton cœur. Tu dois vivre, pas seulement pour les autres, mais avant tout pour toi…
La prochaine fois qu’on se rencontrera, je serais quelque peu différente, dit-elle à elle-même.

La chute était vertigineuse et la jeune femme se demanda comment elle allait faire pour ralentir sa course et ne pas s’écraser en bas… Elle n’avait tout compris des paroles de son amie mais puisqu’elle était amenée à ne plus jamais la revoir, autant ne pas la décevoir. Même si cela serait difficile parfois, elle essaierait de suivre ses derniers conseils.

*****

Après quelques minutes qui parurent interminables, le visage de Sheena reprit un semblant de couleur et les marques des coups qu’elle avait reçus, s’estompèrent. Les os fissurés furent réparés, de même que ses organes endommagés. Les marbrures bleutés étaient cependant toujours là, mais leur progression semblait stoppée net. Du moins pour le moment.
Mais les convulsions de son corps ne s’arrêtèrent pas pour autant et elle était toujours brûlante.
-Pourquoi continue-t-elle de trembler ? demanda Zélos, anxieux de la tournure que prenaient les évènements. Pourquoi ta potion n’a-t-elle pas plus d’effet ???
Il regardait à présent le mercenaire d’un regard empli de colère, d’amertume et de déception.
-Je n’accompli pas des miracles, répondit l’intéressé d’un air dédaigneux. L’avancée du poison a été considérablement ralentie mais n’a pas été stoppée pour autant. Il est toujours là, dans ses veines… . Cela permettra de la maintenir en vie, au moins jusqu’à ce que Raine arrive.
Kratos commençait à en avoir assez des remarques de l’élu de Tésséha’lla. Ne pouvait-il pas s’empêcher de donner son avis celui là ? Non mais vraiment…
-Comment sais-tu cela ? lui demanda Préséa. Personne à part nous n’est au courant de la venue du Professeur…
-Je le sais, c’est tout, dit-il sur un ton énigmatique. Et peu importe la façon dont je le sais…
Personne ne vit le regard entendu que lui et la créature perchée sur l’épaule de Préséa, échangèrent.

Zélos sentit soudain des doigts agripper doucement le bas de son manteau. Se retournant, il croisa alors le regard de l’invocatrice et ce qu’il y vit le bouleversa à un point qu’il n’aurait pu imaginer seulement quelques semaines plus tôt.
Un désespoir profond.
Et, dans la pression faible et hésitante de ses doigts, ainsi qu’à la lueur de ses yeux brillants, il cru discerner un appel à l’aide à la fois touchant et troublant. Jamais elle n’avait eu l’air autant vulnérable et fragile qu’en cet instant. Un élan de tendresse le traversa… quelle était cette étrange sensation qui lui réchauffait le cœur et irradiait son âme? C’était la première fois qu’il ressentait avec autant de force ce sentiment envers quelqu’un. Il ne laissa cependant rien transparaître de son bouleversement intérieur et resta de marbre. Le masque qu’il avait mis tant d’années à se forger ne se briserait pas aussi facilement, même malgré ses fissures…
Kratos le tira de ses pensées.
-Allez, ne traînons pas ici. En route !
Zélos hocha la tête en guise d’assentiment. En se penchant vers l’invocatrice, il lui murmura :
-Ne t’inquiètes pas. On va bien s’occuper de toi, tu verras.
Sheena ne répondit rien mais jeta à l’Elu alors qu’il la soulevait de terre, un regard surpris et reconnaissant. Celui-ci lui sourit gentiment, d’un sourire sincère et chaleureux (chose assez rare pour lui ^_^) et entreprit de la réinstaller sur son dos en dépit des tremblements incessants des membres de la jeune femme.
« Corrine avait peut être raison » soupira-t-elle en pensée tout en nichant sa tête enfiévrée dans le cou de Zélos.

Il y avait des gens qui l’attendaient ici…Elle ferma les yeux et se laissa sombrer à nouveau dans l’inconscience.



Les hauts remparts blancs de Meltokio se dressaient fièrement dans la plaine tel un roc perdu au beau milieu d’un océan de verdure. Ils avaient été construits depuis quelques siècles déjà, peut être lors de la guerre antique de Derris-Kharlan, par les prédécesseurs de l’actuel roi afin de repousser toutes attaques ennemies. Aucun événement de ce genre ne s’était pourtant produit depuis des générations.
Seulement, depuis quelques mois, des monstres surgis de nulle part avait commencé à faire leur apparition dans la plaine et ses environs.
Des monstres dans le monde prospère ! Etait-ce un signe du déclin imminent ? Beaucoup de paysans, y ayant vu un avertissement de la Déesse Martel, s’étaient réfugiés dans l’enceinte de la ville, à l’abri, derrière les hauts murs épais de plusieurs mètres. Cela n’avait pas été sans poser problème. D’une part il avait fallu loger tout ces gens, enfin parqués serait le terme exact, dans les bidonvilles principalement, qui s’étaient dés lors étendus de façon conséquente. D’autre part la production agricole avait diminué, créant des pénuries de nourriture dans les campagnes. Mais même en ville, le manque de nourriture se faisait d’ores et déjà sentir.
C’est pourquoi le monarque de Tésséha’lla avait dépêché un espion du peuple de Mizuho enquêter sur les raisons de ses apparitions monstrueuses, sur le monde en déclin de Sylvarant. Cet espion avait pour ordre de supprimer l’Elu de la Régénération de ce monde afin qu’il ne puisse pas accomplir son périple et faire pencher la balance de mana en leur faveur. Voilà donc la nature de la tâche qui avait été confiée à l’envoyée de Mizuho, petite fille du chef du village, Sheena Fujibayashi. Seulement, elle n’avait pas le profil d’une tueuse à gage, accomplissant sa besogne avec froideur et détachement. Oter la vie hors d’un combat, avec préméditation, elle n’avait pas su s’en monter capable. Et comble de l’ironie, elle s’était même ralliée à l’ « ennemi », rejoignant le groupe hétéroclite de l’élue de Sylvarant. Etait-ce prémédité de la part de Mizuho que d’envoyer un tueur avec un cœur pour être sur qu’il échouerait dans sa mission ? Le peuple de ninja avait-il planifié la chute de Tésséha’lla dans le chaos afin de pouvoir mieux y régner ?

Telles étaient en ce moment les interrogations du Pontife qui, du haut des remparts, contemplait sa milice personnelle qui se rassemblait à ses pieds, armée étincelante sous leurs protections en mythril forgées par les elfes. Les bannières colorées claquaient au vent qui balayait la plaine et les montures de guerre piaffaient d’impatience. Il y avait trop longtemps qu’elles étaient confinées dans leurs écuries, et avaient hâte de se dégourdir les pattes et de retourner en campagne. Bientôt tout rentrerait dans l’ordre, songea l’homme d’église avec satisfaction. L’Elue de Sylvarant ainsi que Zélos Wilder, cet empêcheur de tourner en rond, seraient supprimés et Mizuho réduite en cendre. Il pourrait alors continuer de diriger ce monde dans l’ombre du roi, rendu malade par ses soins et donc incapable de gouverner. Il faudrait qu’il s’occupe de sa fille aussi, la princesse héritière du trône, Hilda. Mais chaque chose en son temps.
Il adressa un petit signe de tête en contrebas et ses troupes se mirent en mouvement, colonnes parfaites se dirigeant en direction de l’immense pont suspendu, jetant ses bras de part et d’autre du fleuve. La foule elle aussi était venue en masse assister au départ de ses défenseurs. Des rumeurs circulaient selon lesquelles c’était une expédition punitive dirigée contre des rebelles, d’autres faisait mention d’un groupe d’espions venus d’un autre monde qu’il fallait arrêter. Peu de personne était au courant de la véritable nature de ce mouvement de troupes soudain…

Le dirigeant de l’Eglise de Martel resta encore un moment à son poste d’observation, bien après que la foule de curieux se soit dispersée, jusqu’à ce que ses hommes et leur commandant ne soient plus qu’un petit point noir sur la ligne d’horizon, conscient que son pouvoir ne tenait en réalité qu’à un fil.

******


Colette ouvrit lentement les yeux. Elle mit un moment à retrouver une vision claire et nette de ce qui l’entourait. Elle se trouvait dans un endroit qu’elle ne connaissait pas. Les murs étaient de terre et le plafond assez bas, comme si une personne de petite taille vivait en ces lieux. La décoration de la pièce était très sobre, quasi inexistante, mais contrairement aux apparences, la chambre n’était nullement austère. De cet espace confiné se dégageait une impression de sécurité et de chaleur.
La jeune fille tenta de se redresser mais force lui fut de constater qu’elle en était incapable.
De la porte en chêne massif entrebâillée, elle pouvait distinguer les voix de ses amis et elle se souvint, comme d’une évidence, à qui appartenait cette demeure, ainsi que les circonstances de son départ. Au prix de violents efforts, elle parvint à s’extirper du lit où elle reposait, vêtue d’une simple chemise blanche, en guise de chemise de nuit mais qui, par pudeur, lui descendait jusqu’aux chevilles et couvrait la totalité de ses bras, et se dirigea vers la porte de la chambre.

-Comment est-ce arrivé ?
-Nous nous sommes fait prendre dans une embuscade de ninjas menés par Kuchinawa, Raine. Leur but c’était Colette. Durant le combat, nous avons été obligés de nous séparer et puis Sheena est partie à la suite de Kuchinawa. Je ne connais pas les détails mais visiblement ça c’est fini dans les égouts puants de la ville. Il l’a blessé avec des armes qui étaient empoisonnées. Ça c’est Zélos qui nous l’a raconté parce qu’il est parti à la recherche de Sheena par la suite. C’est lui l’a ramené à l’auberge en piteux état. Régal l’a soigné du mieux qu’il l’a pu mais nous n’avons que découvert que par la suite qu’elle était empoisonnée… Et nous n’avons pas tes talents de guérison grande sœur…
-Il faut retourner là bas professeur ! Vous devez lui venir en aide ! s’écria Colette en apparaissant dans l’encadrure de la porte.
Génis s’interrompit et tous les regards convergèrent vers elle.
-Colette !!! s’exclama Lloyd. Tu ne devrais pas rester debout, tu es trop fatiguée !
-Moi ça ira… Mais il faut soigner Sheena, sinon, … sinon elle va mourir ! lança Colette d’un ton désespéré avant de chanceler et de se rattraper à moitié au chambranle de la porte.

Lloyd s’élança vers elle et la réceptionna dans ses bras. Il la souleva de terre et la ramena dans la chambre. Il la déposa sur le lit et remonta les couvertures jusqu’au menton. Colette lui jeta un regard déterminé.
-Vous irez n’est-ce-pas ? Vous n’allez pas l’abandonner ?
-Ne t’en fais pas, lui dit-il doucement en la bordant avec tendresse.
-Je ne veux plus que des gens meurent à cause de moi…
-Je sais, je sais, mais ce qui arrive à Sheena n’est pas que de ta faute. Elle a aussi un compte personnel à régler avec ce ninja d’après ce que j’ai compris. Ne te rejettes pas toujours la faute…
-…
-Raine va partir et voir ce qu’elle peut faire. Elle est très forte le professeur, tu sais.
La jeune fille acquiesça d’un petit mouvement de tête. Elle sortit sa petite main blanche de dessous les couvertures et attrapa celle de Lloyd qui s’était assis sur le rebord du lit. Tous deux rougirent un peu et détournèrent le regard.
-Lloyd…, souffla Colette. J’ai peur…que vous finissiez tous par mourir par ma faute… ça serait horrible.
-Ne t’inquiètes donc pas, lui assura Lloyd en tapotant maladroitement sa main. Nous ne nous laisserons pas abattre aussi facilement, tu peux en être certaine. Tu devras encore nous supporter encore un bout de temps.
-Je sais… désolée de vous causer autant de soucis, fit Colette d’un air piteux.
-Mais non voyons. Il ne faut pas.
-Excuses moi Lloyd… désolée…

Lloyd leva les yeux au ciel. Colette et sa manie de s’excuser tout le temps… Mais c’était aussi cette maladresse qui faisait son charme, se prit-il à penser, avant de piquer aussitôt un fard. Gêné, il détourna la tête un instant, espérant que son amie ne s’était aperçue de rien.
-Tout va bien Lloyd ? demanda Colette d’une petite voix.
-Euh… oui, oui ! Tout va très bien ! répondit-il précipitamment, essayant de dissimuler son trouble. Bon …euh… je vais aller voir comment ils s’en sortent, hein… à tout à l’heure.
Il battit en retraite en direction de la porte.
-Tu dois cesser de t’inquiéter pour nous, inquiète toi d’abord de toi, d’accord ? reprit-il avant de s’effacer.
-D’accord Lloyd.

Lloyd referma soigneusement la porte et rejoignit ses amis. Ils tournèrent la tête à son approche et la discussion en cours cessa.
-Comment va-t-elle ? demanda la professeur.
-Ca va. Elle va se rendormir, je pense. Elle se fait du souci pour Sheena…
-Justement, nous étions en train de discuter de la marche à suivre. Retourner à Meltokio ne sera pas chose facile étant donné que notre présence là bas a été repérée. Mais Régal m’a assuré que de nuit nous aurions plus de chance. Je pars sur le champ.
-Je t’accompagne, lança Génis.
-Non ! Inutile. Noishe ira bien plus vite si il n’a qu’une seule personne à porter. Je préfère que tu restes ici, au cas où il faille livrer bataille. Ce qui risque d’être le cas d’ailleurs.
Le petit magicien se plia à la décision de son aînée, à regret. Raine rassembla ses affaires sans plus tarder. Ses précieux livres, de la nourriture pour le voyage et son bâton magique furent prestement emballés. Quelques minutes plus tard, elle franchissait le seuil de la demeure d’Altessa et enfourcha Noishe qui folâtrait à proximité. Elle lui murmura à l’oreille et l’animal partit à vive allure en direction de Syback, la cité universitaire, et du pont suspendu qui permettait de relier cette partie du continent à la cité impériale.
Lloyd et ses compagnons la regardèrent partir avec un mélange de crainte et d’appréhension. Tous leur espoirs reposaient sur elle à présent mais était-ce bien prudent de la laisser partir seule ? C’était une demi-elfe après tout, et même si ils attachaient peu d’importance à sa race, il n’en était pas de même pour tout le monde, malheureusement.

_______________

La peur de Colette

Colette : Lloyd… j’ai peur…
Lloyd (tapotant la main de Colette) : Ne t’inquiètes pas nous allons te sauver !
C :… non, non, c’est pas ça…
L : ?!... ah bon bin… Sheena va s’en sortir, tu sais…
C (secouant la tête) : C’est pas pour ça que je m’inquiète…
L (de plus en plus perplexe) : Qu’est ce qui te cause du soucis à ce point là. Tu peux m’en parler tu sais.
C (rougie et gênée) : Bin… c'est-à-dire que… comment dire… Bon allez je me lance : tu compte vraiment sauver le monde dans cet accoutrement ridicule ???
L se regarde de la tête au pied : Tu trouves ? Zélos m’a pourtant assuré que c’était la dernière mode…Tu n’y connais rien voilà tout.
C levant les yeux aux ciel : Si il le dis…
L se retourne et se dirige vers le fond de la pièce avec maladresse : marcher avec des palmes c’était pas ce qu’il y avait de plus facile. Mais bon faut souffrir pour être beau !


Naikkoh : Me voilà de retour avec de nouveaux chapitres. J’espère que la suite des aventures de Lloyd et ses amis vous plaira autant que la première partie. ^^

COMMENTAIRE(S)

Il n'y a pas encore d'avis de déposé, soyez le premier à le faire !!

Pour noter et laisser des avis sur les fiches vous devez être membre,
ceci est GRATUIT et RAPIDE, n'hésitez pas à vous inscrire.

FICTIONS DE NAIKKOH

PROFIL DE NAIKKOH

RECHERCHE DE MEMBRES

#
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

RÉSEAUX SOCIAUX

PUBLICITÉS

MANGA EXCHANGE

Echangez vos bannières gratuitement avec Geneworld grâce à Manga Exchange

LES RECHERCHES LES PLUS POPULAIRES

  Astérix et cléopâtre    Yahari ore no seishun love come wa machigatteiru.    Shingeki no kyojin    Rex fabula    The arms peddler    .hack//G.U.    Galactik football    Sam le pompier    Grabouillon    Seven deadly sins    Sexe et magie noire    Hanazono merry go round    Skip beat !    Mes parrains sont magiques    Kiba  
Geneworld.es Geneworld.fr Geneworld.net - Fighting cards - Anime Covers - Manga Exchange - Hentaï Exchange - Mangavortex - Anoukis Shop - Pavillon Noir
Site membre du réseau Enelye - Copyright © 2004-2018, Anoukis Multimedia