Pseudo :Mot de passe :Retenir Oublié ?
Geneworld.net
Certaines fonctionnalités du sites sont réservées aux membres Enelye.
Afin de profiter pleinement de celui-ci n'hésitez pas à créer un compte, c'est gratuit et rapide !
AccueilGénériquesManga / AnimesSortiesCollectionsDessins / FictionsCulture d'asieBoutiquesRecherche Recherche

SUIVEZ GENEWORLD !

Sur FacebookSur Facebook
Sur TwitterSur Twitter
Sur GoogleSur Google
Geneworld.net>Fan-fictions>Naikkoh>Tales of Symphonia - Ce que nous dicte le coeur- Partie II

09 - UN SAUVEUR INATTENDU PAR NAIKKOH

Une légère brise se leva, portée par une douce et étrange mélodie si pure que tous sentirent des larmes d’émotions picoter leurs yeux. Puis un immense éclair d’un blanc intense figea la scène. Seul un cri, presque une prière, retentit dans un silence irréel.
- Jugement sacré !

------

La jeune Elue blonde venait d’atteindre le village de ninjas sans encombres majeurs. Tous étaient bien trop occupés à la bataille qui faisait rage. Cachée derrière un mur en torchis, elle avait assisté, impuissante à la défaite de ses amis, à l’intervention malheureuse de Génis, puis au combat singulier qui avait opposé Lloyd au chef de la milice pontificale. Elle avait alors serré les poings si fort qu’elle s’était enfoncée les ongles profondément dans sa chair. Mais elle n’en avait cure. Ses yeux inquiets étaient rivés sur son ami d’enfance tandis que de minces filets de sang coulaient le long de ses phalanges. Les visions de son rêve s’imposèrent alors à son esprit. Tout se passait de la même manière et ç’en était troublant. Son estomac se contracta douloureusement à cette constatation, la confortant dans l’idée qu’elle avait eu raison de s’y fier.
Quelques mètres plus loin, elle vit Lloyd tomber à terre, vaincu par le genou de son adversaire qui, d’un coup de pied, venait de le faire rouler à proximité de sa cachette.
Colette se retourna vivement afin d’être dissimulée par l’ombre du mur. Elle ne pouvait pas intervenir maintenant…encore quelques minutes et sa réserve de Mana serait reconstituée, et à ce moment là, à ce moment seulement, elle pourrait tenter quelque chose pour venir en aide à ses amis. Leurs adversaires étaient bien trop nombreux. Il ne fallait leur laisser aucune chance de s’en remettre.

Ses propres pensées la surprirent. Depuis quand raisonnait-elle ainsi, en combattante impitoyable envers ses ennemis ? Après tout, il s’agissait d’êtres humains, tout comme eux. En quoi étaient-ils différents ? Au nom de quoi se prétendait-elle le droit de leur ôter la vie ? Où était donc passée sa compassion… ? Elle se demanda si ce changement était provoqué par sa transformation progressive.
Oui cela doit être ça, pensa-t-elle, non sans une certaine appréhension.
Un cristal parasitaire pouvait-il changer le caractère de son hôte ?
Il influait déjà sur son corps, il était donc fort probable qu’il pouvait également agir sur son âme. Colette sentit une boule remonter dans sa gorge. Elle se sentait devenir une autre entité, malgré les efforts désespérés qu’elle faisait pour contenir la propagation du mal. C’était bien pire que sa transformation en ange. Là au moins elle avait pu préserver son intégrité, tandis que maintenant…

L’adversaire de Lloyd venait de l’agripper par les cheveux et leva son arme au dessus de sa nuque. Le sang de la jeune fille ne fit qu’un tour. Joignant les mains, elle se lança dans l’incantation du « Jugement » sans quitter son ami du regard. Elle entr’aperçu du coin de l’œil Régal qui tentait de s’élancer vers Lloyd pour lui porter secours. Peine perdue. Un coup dans le dos l’envoya à terre avant qu’il ait seulement pu esquisser un geste dans sa direction.
L’ange blond ferma les yeux, affolée. Elle n’aurait pas le temps de lancer son sort, n’étant pas au faîte de ses capacités, et Lloyd allait périr parce qu’elle n’était pas assez forte…
"Non !"

Au cri de révolte qu’elle poussa intérieurement, Colette sentit que quelque chose venait de changer. Une petite lueur au plus profond d’elle-même se mit à briller avec de plus en plus d’intensité, agissant comme un catalyseur à son Mana, l’intensifiant et l’amplifiant. Le pouvoir se déversa en elle avec une incroyable force, inondant son âme et remplissant les moindres recoins de son corps. Une aura lumineuse l’enveloppa avec douceur, la soulevant légèrement de terre. Ses longs cheveux d’or flottant au tour d’elle, la jeune fille croisa les mains sur sa poitrine et pencha la tête en avant, humblement, comme pour prier la Déesse.
Exorcisée de tous ses doutes, elle savait à présent ce qu’elle devait faire.
C’était si évident.
Une douce mélopée s’échappa de ses lèvres, pure et cristalline.
Le chant sacré réservé à la race angélique emplit l’air et vint se mêler à la puissance de l’attaque du « Jugement ». Les deux flux magiques tourbillonnèrent un instant autour de celle qui venait de les invoquer et se fondirent en un seul. La jeune fille irradiait d’une lumière dorée tandis que son chant s’élevait de plus en plus haut.
- Jugement sacré ! s’écria-t-elle tandis qu’elle libérait l’incroyable énergie de son attaque.

D’immenses colonnes de lumières s’abattirent alors sur le champ de bataille, traversant les corps des gardes pontificaux qui s’écroulèrent, vidés de leur force vitale. Un rayon frappa le commandant de la milice en pleine poitrine. Celui-ci renversa la tête en arrière sur un cri muet, puis s’écroula. Libéré de son emprise, Lloyd releva la tête, stupéfait par la rapidité et la violence de l’attaque. En un instant, la situation venait de se retourner à leur avantage. La plupart des soldats étaient morts, quelques uns étaient gravement blessés. Un bruit de pas, crissant sur le gravier attira son attention. Une paire de bottines blanches s’avançait avec hésitation dans leur direction. Lloyd laissa son regard remonter lentement le long du corps du nouvel arrivant. Une robe blanche bordée de bleu sur laquelle était jetée une tunique en tout point semblable, puis de longs cheveux blonds comme les blés, envahirent son champ de vision.
- Colette ! s’exclama Lloyd surpris.
L’intéressée lui rendit un gentil sourire.
- Lloyd ! Tout le monde ! Je suis arrivée à temps on dirait. Je suis si heureuse de vous retrouver, commença-t-elle.
Les ninjas acquiescèrent d’un petit mouvement de tête. Lloyd et Régal, quant à eux la dévisageaient avec de grands yeux ronds. Mais qu’est-ce qu’elle fichait ici ? Dire qu’ils la croyaient en sécurité chez Altessa…
L’épéiste se releva tant bien que mal, et l’ange blond se précipita à sa rencontre pour l’aider.
« Lloyd ! Tout va bien ? demanda-t-elle, la voix vacillante traduisant son inquiétude.
- Pourquoi… ? murmura l’adolescent, tête baissée.
- Hein ?
- Pourquoi es-tu venue ? » l’interrogea-t-il à nouveau, plus durement cette fois.
Tout d’abord surprise par le ton employé par son ami, la jeune fille recula d’un pas. Puis, comprenant sa réaction elle tenta de s’expliquer.
« Ne te fâche pas Lloyd, supplia-t-elle d’une petite voix. Je … je me faisais du soucis pour toi.
-Et moi donc ! s’écria-t-il quelque peu en colère. Je ne t’ai pas laissé là bas pour que tu me suives et que tu t’exposes aux coups!
- Je le sais bien, rétorqua-t-elle, haussa involontairement la voix elle aussi. J’ai fait un rêve dans lequel tu étais en danger. Non ! Laisse moi finir… Ce n’était pas un rêve ordinaire, j’en ai la certitude. C’était plutôt une sorte de rêve prémonitoire car cela paraissait bien trop réel… douloureusement réel…Ne me demande pas comment une telle chose est possible mais je suis convaincue qu’il en était ainsi…Dans mon rêve, tu… tu… tu allais … tu allais mourir… »

Sa voix se brisa sous le coup de l’émotion, trahissant toute l’anxiété qu’elle tentait tant bien que mal de contenir et elle baissa la tête, penaude, attendant le verdict de son ami. La colère de Lloyd s’envola alors aussitôt. Il n’avait aucunement le droit de la blâmer. Lui aussi avait eu peur lorsque Amelkhar l’avait réduit à l’impuissance. Lui aussi avait craint de ne plus jamais la revoir. Cet aveu jeta le trouble en lui et une envie irrépressible de la serrer dans ses bras à l’instant même, l’envahit soudain. Un geste pour la rassurer. Un geste pour se rassurer.
Il n’imaginait pas que la jeune fille aurait un tel effet sur lui.
Il s’avança vers elle et du bout des doigts lui caressa doucement la joue, effleurant au passage quelques mèches de ses fins cheveux blonds.
- Je suis désolé Colette. Pardonne-moi de t’avoir un peu crié dessus, commença-t-il d’une voix douce.
L’ange releva la tête, la secoua avec véhémence en signe de dénégation et plongea son regard azur dans celui de Lloyd.
Les deux jeunes gens restèrent ainsi un certain temps leur sembla-t-il, à se fouiller du regard. À essayer de deviner ce qui se cachait réellement derrière leur inquiétude l’un pour l’autre. Tous deux sentirent leur souffle s’accélérer tandis que leurs regards ne se quittaient pas.

- Lloyd ! Colette ! Vous allez bien ?
L’exclamation de Régal, qui s’avançait à présent vers eux à grandes enjambées, les ramena à la réalité. Ils s’écartèrent vivement l’un de l’autre, le rouge aux joues, sans pouvoir expliquer le fait qu’ils se soient trouvés si proches en si peu de temps. Ils marmonnèrent de vagues excuses et Régal esquissa un petit sourire moqueur qu’il s’empressa de cacher. Son visage reprit son apparence impassible. Il contempla un instant sans rien dire ses deux jeunes compagnons, puis il asséna une grande tape dans le dos de Lloyd.
- C’est bon de te voir vivant… constata-t-il simplement.
Lloyd se contenta d’acquiescer. Conscient qu’il avait échappé au pire cette fois-ci, il passa machinalement sa main sur sa nuque, comme pour s’assurer que sa tête était toujours bien là, ancrée sur ses épaules. Inconsciemment, il frissonna.
Régal se tourna ensuite vers Colette et, sans un mot, mit un genou à terre devant elle, à la stupéfaction générale. Les yeux de l’Elue de Sylvarant s’agrandirent de surprise. Mais qu’est-ce qu’il lui prenait donc à Régal ? Elle jeta un regard en arrière, afin de vérifier que ce salut lui était bien destiné. Personne, évidemment, ne se trouvait derrière la jeune fille qui rougit davantage, extrêmement gênée par le comportement de l’ancien aristocrate.
« Merci Colette… merci d’être venue à temps… merci d’avoir sauvé Lloyd, lui dit Régal d’une voix presque solennelle.
- Régal… relève-toi voyons… enfin, je n’ai rien fait de spécial, bafouilla la jeune fille, de plus en plus embarrassée et triturant nerveusement le bas de sa tunique.
- Mais si. Si nous sommes encore vivants c’est grâce à ton intervention, répondit-il gravement en se relevant, grimaçant quelque peu de douleur pour avoir sollicité son épaule blessée. Tu as agi là où nous étions tous impuissants… »
Un silence gêné suivit de près cette déclaration.
- Génis ! s’exclama Lloyd, prenant soudain conscience que le petit magicien n’était pas à leurs cotés.
Et il s’élança vers le groupe de survivants massés autour de la silhouette à terre du demi-elfe.

Colette voulut le suivre mais Régal la retint par le bras.
- Je te remercie encore Colette… dit-il à mi-voix. Tu n’en as peut-être pas conscience mais tu viens de sauver bon nombre de vies aujourd’hui. Et le plus important…
Il s’arrêta un instant devant le regard interloqué de Colette, comme si il cherchait ses mots.
« Oui ? demanda-t-elle.
- Tout espoir n’est pas perdu, pour Sylvarant et Tésséha’lla, pour eux, continua-t-il en désignant du menton les derniers combattants de Mizuho, et pour moi… Parce que sans Lloyd, non, sans vous deux, personne n’aurait la force et le courage de continuer. Et je…
- Oui je sais Régal, le coupa Colette de sa voix douce. Je sais et je comprends. Merci à toi aussi…
- Merci pour quoi ? lui demanda Régal, surpris à son tour.
- Merci de croire en nous », répondit-elle simplement.
À cet instant son regard parût sans âge comme si ce n’était plus la jeune élue de seize ans qui se tenait devant l’ancien aristocrate, mais une entité dont la sagesse semblait infinie, comme si elle avait été associée à la genèse du monde. Et Régal en fut troublé.
Un mince sourire, presque navré, étira le visage de l’ange blond. Puis elle s’élança vers Lloyd, qui tenait contre son cœur le corps immobile de son ami, ses longs cheveux d’or battant sur ses frêles épaules. L’instant était passé, fugace, et déjà Colette était redevenue égale à elle-même. Un caillou un peu plus proéminent que les autres se dressa sur sa route et elle chuta sans autre forme de procès, s’étalant misérablement dans la poussière.

------

Sheena émergea doucement du sommeil sans rêve dans lequel Raine l’avait volontairement plongé, quelques heures auparavant. Elle se demanda un instant où elle se trouvait, avant que les images atroces de l’agression qu’elle venait de subir ne s’imposent à son esprit. Pareil à quelqu’un qui se noie, elle essayait de trouver désespérément un point d’ancrage à travers les flashs qui défilaient de force devant ses yeux. Elle ferma les paupières, espérant ainsi en endiguer le flot avant d’être submergée. En vain.
La terreur remonta du plus profond de ses entrailles, paralysant sa raison, et l’instinct animal reprit ses droits. Un cri déchirant s’échappa de ses lèvres et d’un bond elle se réfugia dans un coin de la pièce. L’angle du mur, au niveau de la tête du lit, lui apparût alors comme son plus proche salut. Elle n’était plus maîtresse d’elle-même, ses sens ne lui appartenaient plus. Elle n’était plus qu’un animal blessé.
Gémissant et haletant, elle tentait de se fondre dans le mur tandis que Raine et Préséa s’approchaient doucement d’elle, en se pressant de plus en plus contre la paroi de pierres froides à mesure que la distance entre elles s’amenuisait. Son regard affolé balayait l’ensemble de la pièce. Comprenant qu’il était pris au piège, l’animal cherchait désespérément une échappatoire.
La demie-elfe et la fillette aux cheveux roses échangèrent un regard entendu et s’arrêtèrent à un mètre environ de l’invocatrice. Pendant quelques minutes ni l’une, ni l’autre n’ouvrirent la bouche afin de ne pas brusquer leur amie. Raine surprit un instant dans le regard de l’invocatrice une étrange lueur qui la fit frémir. Ce n’était plus Sheena, la ninja de Mizuho, qu’elles avaient en face d’elles mais une bête, sauvage, blessée et prise au piège de surcroît. Et elle savait par expérience que rien n’était plus dangereux que cette bête là. Elle tendit alors sa main vers elle en un geste lent et doux, tout en murmurant des paroles apaisantes, comme elle l’aurait fait pour apprivoiser un animal particulièrement craintif.

Sheena qui ne quittait pas des yeux les deux « intruses », se mit à fixer intensément cette main tendue qui s’approchait d’elle. Beaucoup trop près d’elle. Prise de panique, elle chercha à reculer davantage mais son dos se heurta à la résistance du mur derrière elle. Cette créature aux cheveux argents et celle aux cheveux roses lui barraient définitivement la route.
Toute fuite était à présent exclue.
Sa cage thoracique se levait et s’abaissait en un rythme désordonné. Sans pouvoir se l’expliquer, elle sentait qu’il ne fallait pas que cette main la touche. En aucun cas elle ne devait laisser une personne entrer en contact avec elle, sinon elle ne répondrait plus de rien.
Les yeux ronds et le souffle court, terrorisée, Sheena vit avec appréhension la main raccourcir la distance avec son avant bras, sans seulement esquisser un geste pour tenter de l’arrêter. Et bien sur, l’inévitable se produisit. Les doigts effleurèrent sa peau et la bête poussa un hurlement de panique.

Raine sentit au moment où elle posa sa main sur le bras de Sheena que sa tentative d’approche avait échoué. Cependant, elle ne s’était pas attendue à se voir projetée à l’autre bout de la chambre par la puissance du charme du « gardien » que la ninja venait inconsciemment d’invoquer. Déjà, Préséa avait bondi auprès d’elle pour l’aider à se relever, que la demie-elfe massait son postérieur endolori par le choc et repartait à l’assaut des défenses de Sheena.
- Sheena ! implora-t-elle. C’est nous, tes amies. Laisse nous t’aider voyons.
Mais la jeune femme ne semblait pas l’avoir entendu et restait enfermée dans son mutisme animal. À chaque fois que la guérisseuse faisait mine de s’approcher, Sheena érigeait autour d’elle son bouclier magique impénétrable. Raine grogna d’impuissance et de frustration. Il fallait pourtant bien la ramener à la raison. Mais comment faire si elle ne laissait personne s’approcher d’elle pour lui prodiguer un peu de réconfort ? D’où tirait-elle la puissance nécessaire pour maintenir ce sort à un tel niveau d’intensité d’ailleurs ?! Dire qu’il y avait quelques heures à peine, le Mana n’irriguait plus son organisme... Comment ses réserves avaient-elles pu se reformer si rapidement ? Puisait-elle dans l’incroyable source d’énergie que constituaient les esprits originels dont elle avait le contrôle? Sans nul doute, constata-t-elle, amère.
C’est alors que la fillette à la hache intervint.
-Attend Raine, laisse moi essayer quelque chose…
Celle-ci acquiesça et recula de quelques pas afin de lui laisser le champ libre. La petite combattante invoqua également son propre charme de protection et une coquille translucide de couleur émeraude l’enveloppa instantanément. Raine était toujours impressionnée de voir tant de force dans ce corps d’enfant. La résistance de sa protection magique n’avait rien à envier à la sienne, qui disposait pourtant d’une grande réserve de Mana pour se constituer. Se pouvait-il que la fillette en possède une plus importante encore ?
Ainsi équipée, Préséa s’avança résolument en direction de Sheena, acculée contre le mur dans un coin de la pièce. Comme précédemment, cette dernière fit apparaître la barrière du « gardien » lorsqu’elle jugea que la créature aux cheveux roses n’était plus à une distance raisonnable. Les deux sorts de protection entrèrent alors en collision et l’air se mit à grésiller.

Préséa avançait maintenant avec une lenteur infinie, mais fut obligée de faire marche arrière au bout de quelques secondes. Le bouclier de Sheena la repoussait et elle finît par être éjectée, tout comme Raine avant elle, sa tête heurtant les pierres froides avec un bruit sourd.
- Préséa ! s’écria la demie-elfe en se précipitant vers elle. Tu vas bien ?
Sans un mot celle-ci hocha la tête en signe d’assentiment et chassa d’un revers de main celle du Professeur Sage avec autant de négligence que s’il s’était agit d’une mouche importune. La combattante à la hache fronça les sourcils, le regard emprunt de détermination. Il n’était pas question pour elle de laisser Sheena, sa compagne de route, fermer son âme et son coeur au monde, tout comme elle-même l’avait fait après le meurtre… non la mort, corrigea-t-elle, de sa sœur Alicia. Elle ne pouvait qu’imaginer le tumulte intérieur de l’invocatrice après ce qu’elle venait de subir, et voulait l’aider, ne serait-ce qu’un peu, à surmonter cela. Rendre ce qu’on lui avait donné, tout simplement…

Cette fois-ci, elle mobilisa la moindre once de Mana de sa réserve et invoqua une fois encore son bouclier. Les poings serrés, elle tenta de percer la barrière qui isolait Sheena du monde extérieur. Les boucliers magiques s’entrechoquèrent dans un crépitement aigu. Raine observait, muette, le combat d’énergie magique qui se déroulait devant elle. Que se passerait-il si Préséa venait à échouer à nouveau ? Sheena serait-elle définitivement perdue ou le temps qui passe parviendrait-il à éroder sa terreur et permettre à sa raison de refaire surface ? Anxieuse, la demie-elfe se rognait l’ongle du pouce et priait la Déesse de toutes ses forces pour que la combattante à la hache réussisse dans son entreprise.
Un moment, les deux forces restèrent immobiles, puis celle de Préséa commença lentement à gagner du terrain. Raine sentait l’espoir renaître en elle à mesure que le sort de protection de la fillette écrasait celui de la ninja. Pourtant, au dernier moment, voyant que la partie serait perdue pour elle, l’invocatrice libéra un flux de Mana supplémentaire qui vint s’ajouter à l’aura protectrice de son rempart magique. Les bottes cerclées de métal de la petite fille d’Ozette raclèrent alors le sol de pierres disjointes en un bruit strident lorsque sa propre force magique vint heurter celle de Sheena, plus forte, et qui la repoussait à présent.
"Bon sang mais elle n’a donc pas de limites…"
- Préséa, tiens bon ! lâcha Raine, plus angoissée que jamais.
Dans une ultime tentative, cette dernière, tremblant sous l’effort que lui coûtait de conserver son bouclier à une telle intensité, parvint à faire un pas en avant. Elle essayait d’inverser le sens de la poussée mais son énergie de fût malheureusement pas suffisante. Elle allait lâcher prise, ne pouvant supporter plus longtemps l’incroyable pression qui s’exerçait sur son petit corps, pourtant aguerri, lorsqu’une boule de plume noire s’échappa de sa tunique.

L’Ishkal, qui ne s’était plus manifesté jusqu’à présent, sauta à terre et traversa sans la moindre difficulté les deux sorts du « gardien » qui nimbaient la pièce d’un halo vert. La magie ne semblait pas avoir d’emprise sur elle, constata Raine avec stupeur. C’était comme si elle se mouvait en même temps que le flux de Mana, utilisant chaque nœud, chaque courant, chaque pulsion à bon escient, un peu à la manière d’un marin naviguant au milieu des hauts fonds et traçant sur la surface de l’onde un ballet complexe connu de lui seul. Agile, touchant à peine le sol, la créature en quelques bonds graciles couvrit la distance qui la séparait de l’invocatrice perdue et sauta sur ses genoux.
-Corrine, souffla cette dernière, incrédule, comme si elle s’éveillait d’un long rêve.
Raine tiqua et se souvint en cet instant de ce qu’elle avait lu sur ces êtres légendaires…
"Ils prennent la forme que notre esprit veut bien leur donner… l’Ishkal a sans aucun doute sondé l’esprit de Sheena qui le voit à présent comme Corrine…"
- Corrine !!! répéta l’invocatrice plus fort cette fois, de grosses larmes de détresse perlant sur ses joues rougies. J’ai essayé, j’ai essayé … je te le jure… j’ai essayé d’ouvrir mon cœur… comme tu me l’avais dit… Mais je,…il… on… J’ai peur, j’ai si peur…
La jeune femme serrait contre sa poitrine l’Ishkal, le flot de ses larmes semblant devoir ne jamais s’arrêter. Raine et Préséa voyaient maintenant, elles aussi, la créature sous les traits de l’esprit originel disparu dans le temple de Volt.
À mesure que les secondes s’égrenaient, la barrière magique de Sheena diminuait d’intensité. Petit à petit sa raison refaisait surface, endiguant l’animal qui avait pris possession de ses sens. Pourtant il était toujours là, relégué en arrière plan, tapi dans les méandres de ses sombres pensées, attendant le moment opportun pour refaire surface. Raine avait bien conscience de cela et se promit intérieurement de veiller à ce que la bête de terreur reste toujours endormie.

La pièce s’assombrit brusquement. Le sort du « gardien » de Préséa venait de se rompre, privant la petite chambre de sa lueur émeraude. Epuisée par tant de Mana brûlé en un si court laps de temps, la fillette sentit ses jambes se dérober sous elle et tomba sur les genoux, la respiration difficile et en sueur. L’œil morne elle observait à présent la demie-elfe avancer timidement vers Sheena, toujours prostrée dans l’angle du mur.
- Sheena… ? interpella Raine doucement.
Cette dernière releva lentement la tête au son de la voix familière qui prononçait ainsi son nom. Raine s’agenouilla à ses côtés et se composa un visage qui se voulait rassurant. Les deux femmes s’observèrent quelques minutes, silencieuse. Les larmes de Sheena avaient laissé sur ses joues de longs sillons salés mais leur flot semblait s’être tari. Raine cherchait les mots qu’il fallait. Puis Sheena, les yeux secs, posa sa tête contre le buste de son amie.
- Je crois que je vais vomir, murmura-t-elle, les yeux clos tentant de reprendre le contrôle d’elle même.
Ces simples paroles firent oublier à Raine le petit discours qu’elle venait mentalement d’élaborer et elle passa sa main contre le dos de l’invocatrice. Caressante.
- Je sais, répondit-elle simplement en lui embrassant délicatement le front. Je sais…


A la clarté apaisante du feu qui crépitait doucement dans la cheminée, une fillette aux couettes roses, éreintée, contemplait les flammes qui dansaient vivement dans l’âtre. La douce chaleur, diffuse, créait une atmosphère sécurisante, tel un cocon coupé de la folie du monde extérieur. Dans un coin, une jeune femme à la courte chevelure argentée tenait dans ses bras sa consoeur brune, tandis qu’une créature multicolore à mi chemin entre le chat et le renard, ronronnait paisiblement, lové contre le ventre de cette dernière.



____

Le sauveur inattendu ?!


Zélos (marmonnant et boudeur) : Inattendu, inattendu… c’est vite dit ça !
Génis : Qu’est ce qui t’arrive Z? Pourquoi tu râles encore ?
Z : Je n’apparais pas dans ce chapitre, c’est une honte !!!
G (rictus ironique) : Ooooh…Mon pauvre chéri… on va te plaindre tiens !
Régal : Z, tu devrais avoir honte de ton comportement puéril.
G : Oui ! D’autant que ce n’est pas toi, je te signale, qui t’es fait découper en rondelle au chapitre précédent -_-‘
Z : Mais on s’en fiche de toi. Mes pauvres petites chéries ne pourront pas m’admirer dans ce chapitre-ci.
G : C’est une grande perte pour l’humanité, c’est certain… -_-‘
R : Un peu de tenue Z, on nous regarde là !
Z (n’écoutant pas) : Oui, exactement, c’est une perte terrible, et…

Z continue de déblatérer pendant des heures de la sorte.

G : Il est lamentable…

Lloyd(débarquant comme un cheveux sur la soupe) : De qui ? De quoi ?

G : Mais rien, retourne jouer avec tes épées L. C’est pas de toi qu’on parle…( à part) Celui là alors, il en tiens une couche lui aussi.

COMMENTAIRE(S)

Il n'y a pas encore d'avis de déposé, soyez le premier à le faire !!

Pour noter et laisser des avis sur les fiches vous devez être membre,
ceci est GRATUIT et RAPIDE, n'hésitez pas à vous inscrire.

FICTIONS DE NAIKKOH

PROFIL DE NAIKKOH

RECHERCHE DE MEMBRES

#
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

RÉSEAUX SOCIAUX

PUBLICITÉS

MANGA EXCHANGE

Echangez vos bannières gratuitement avec Geneworld grâce à Manga Exchange

LES RECHERCHES LES PLUS POPULAIRES

  Mes parrains sont magiques    Astérix et cléopâtre    Skip beat !    The arms peddler    Seven deadly sins    .hack//G.U.    Hanazono merry go round    Sam le pompier    Yahari ore no seishun love come wa machigatteiru.    Sharivan    Grabouillon    Shingeki no kyojin    Kiba    Rex fabula    Sexe et magie noire  
Geneworld.es Geneworld.fr Geneworld.net - Fighting cards - Anime Covers - Manga Exchange - Hentaï Exchange - Mangavortex - Anoukis Shop - Pavillon Noir
Site membre du réseau Enelye - Copyright © 2004-2018, Anoukis Multimedia