Pseudo :Mot de passe :Retenir Oublié ?
Geneworld.net
Certaines fonctionnalités du sites sont réservées aux membres Enelye.
Afin de profiter pleinement de celui-ci n'hésitez pas à créer un compte, c'est gratuit et rapide !
AccueilGénériquesManga / AnimesSortiesCollectionsDessins / FictionsCulture d'asieBoutiquesRecherche Recherche

SUIVEZ GENEWORLD !

Sur FacebookSur Facebook
Sur TwitterSur Twitter
Sur GoogleSur Google
Geneworld.net>Fan-fictions>Okami> ~18~

05 - OMA SARUTOBI, YAKISOBA PAR OKAMI


Après avoir vidé plusieurs bouteilles qui ne contenaient malheureusement pas de l’eau, Warai et Tekichu rentrèrent chez elles. Iruka devait voir Okami le lendemain dans l’après-midi, et la jeune femme se retrouva donc seule dans sa maison qu’elle n’avait pas revue depuis cinq ans…
Elle était assise dans le grand fauteuil, celui où s’asseyait son père lors des réunions de familles, les seuls moments où les petits Kitai pouvaient entrer dans le grand salon. Autour d’elle, il y avait plusieurs autres fauteuils, sofas, et un lustre de style baroque pendait au plafond. Un tapis d’une grandeur incroyable recouvrait le sol de l’immense pièce, des tableaux de toutes sortes ornaient les murs, représentant la famille Kitai depuis des générations. Juste au-dessus d’Okami, se trouvait le portrait de sa famille : un homme de la quarantaine, grand, cheveux noirs, barbiche, habillé à la mode bourgeoise de 1900, le regard remplit de fierté, une femme était assise devant lui, plus jeune, une chevelure brune aux reflets roux attachés grâce à un ruban noir, vêtue d’une robe de couleur claire. Dans ses bras un nouveau-né, à sa droite, un garçon d’une dizaine d’années, aux cheveux aussi noirs que son père, un regard légèrement froid, et à sa gauche, une jeune fille un peu plus âgé, cheveu brun foncé.
Cette salle lui avait toujours fait froid dans le dos. Mais maintenant, pour Okami, c’était la maison entière qui lui donnait cette sensation. Et ce fut seulement à ce moment, se recroquevillant sur elle-même, qu’elle se rendit compte qu’elle était, à cet instant, seule.



oooo

- OMA !!! cria une femme aux cheveux noirs, et aux yeux rouges, ton père s’en va !!!
- J’arrive !!
Une jeune fille, le portrait craché de sa mère, descendit en courant les escaliers. Elle portait une tenue relativement décolletée, une jupe et des bottes. Elle fit une bise à son père, un grand brun avec une barbe, en tenue de ninja de classe moyenne.
- Bye bye Papa ! souria la dénommée Oma
- Bon courage mon chéri, fit la mère en embrassant son homme
- Pas de soucis ! ria t-il en allumant une cigarette, bonne journée Kurenai, Oma.
Et il partit. Ils vivaient dans une petite maison, dans le centre de Konoha.
- Ouarf ! bailla la petite, je retournerai bien me coucher !
- Pas question ! riposta Kurenai, file t’entraîner, imagine si ton sensei arrivait demain, tu ne serais pas prête !
- Mais Papa m’aurai laissé dormir lui ! se plaignit Oma
- N’écoute pas Asuma, il a une très mauvaise influence sur ton comportement !
- Oué oué….


oooo


-Ouais ! Aujourd’hui entraînement ! beugla un petit blond
Personne ne lui répondit, il était seul depuis ses deux ans. Il s’habilla d’un short noir, et d’un haut des plus simples vert. Il sortit en courant de son appartement, bondissant dans la rue, saluant ses connaissances. Il voulait se préparer à épater son nouveau sensei dès son arrivée.

oooo


Okami venait d’entrer chez elle. Avec Iruka, ils avaient passé l’après-midi à évoquer le passé, le présent, et le futur de leur couple. Tandis qu’elle retirait ses chaussures, elle se remémora ce qu’ils avaient décidé, ils s’aimaient toujours, et ils le savaient, mais la revenante avait besoin de temps, et d’ordre, aussi, ils avaient décidé d’en rester à une relation simple : rendez-vous, soirées, et ils aviseraient en temps voulu.
Elle retira sa veste, se détacha les cheveux, et s’empara d’une paire de ciseaux, finalement, ils étaient mieux courts. Et, pendant que les mèches volaient, elle réfléchit, et finit par se dire qu’il fallait qu’elle comprenne le secret de son bras.
Lorsqu’elle eut fini, ses cheveux n’avaient pas tous la même longueur, et lui arrivaient au menton devant, et dans le bas du cou derrière.
Elle traversa le hall, et atteignant l’escalier central, elle monta au premier, deuxième, troisième, et finit par s’arrêter au quatrième étage, elle ouvrit la seule porte et se retrouva dans une salle, qui avait été sa chambre autrefois. Grande, mais pas autant que le salon paternel, une medzaline avec un lit de grande taille et une bibliothèque, un grand bureau surplombé d’étagères, un grand placard, un grand meuble où se trouvaient un aquarium désespérément vide comme la tête de sa propriétaire à cet instant, et un « mémorial ».
Okami traversa la salle, et ouvrit une autre porte qui donnait sur une salle de bain, des plus classiques. Elle retira son t-shirt (non je ne décrirais pas !). En son physique, depuis son départ, une seule chose avait changé : son bras gauche. Tout à fait normal, ni trop gros, mais pas tellement fin, il était maintenant recouvert de tatouages noirs qui l’entouraient (je pense mettre bientôt un dessin le représentant, ce sera plus clair). Elle ne se l’était certainement pas fait toute seule, il y avait donc quelqu’un derrière tout ça, et sûrement très puissant, pour avoir réussit à remplir son bras d’un ninjutsu si puissant, qu’elle pouvait faire repousser ses cheveux.
Elle ressortit, et s’approcha de son « mémorial », et dit pour elle-même :
- Bien des choses ont changées depuis ton départ Kuroi…
Sur le meuble, se trouvaient des photos, beaucoup de photos, et celle qu’Okami regardait représentait une jeune fille aux cheveux noirs, assise sur un muret, avec un garçon plus jeunes, cheveux aussi noirs, et de grands cernes.
- Mais dit moi, où es-tu ?


oooo


Okami finit par redescendre à la cuisine. Elle ouvrit les placards pour voir s’il ne restait pas un petit truc à grignoter. Là, une boîte de conserve. Elle l’a prit et regarda : périmée depuis 3 ans.
- Oh chié ! Depuis tant de temps que ça ?!
Elle retourna dans le hall, attrapa sa veste, et sortit, en claquant la porte de l’entrée. Elle se mit à courir, sortit de la propriété, continua en direction du centre ville. Le manoir des Katai était situé à l’extérieur du centre ville, et le surplombait légèrement. Okami accéléra, dévalant la pente, et arriva près du marchand de fleurs, regarda rapidement dans la boutique, et aperçut Iruka, elle ria, et reprit sa course. Là, elle devait tourner à droite, et, selon ses souvenirs, devait arriver à l’épicerie.
BAAMM !!
Okami se retrouva par terre.
- Oh je suis désolé ! Je ne vous avais pas vu ! s’excusa t’elle
- De même !
Un jeune blond tandis sa main à Okami, celle-ci la prit et il l’aida à se redresser. Il s’avéra qu’il n’était pas plus grand que trois pommes, enfin, près d’un mètre quarante quoi…
-Oh ? Je ne t’ai pas déjà rencontré quelque part ? demanda la kunoichi
- Euh… Allez savoir…
Grouuiic
- Gné ? C’est ton ventre petit ?
- Euh oui… rougit le gamin, j’ai juste prit un petit déjeuné ce matin et j’ai passé la journée à m’entraîner…
- Ah et bien tu tombes bien ! Je me sens un peu seule, tu aimes les nouilles ?
- Oh que oui !
- Allez vient !
Okami reprit sa route, suivit du blondinet, acheta à l’épicerie des montagnes de courses, et rentra, toujours suivit du blond, qui portait deux ou trois sacs de nouilles instantanées.
- Oh ! C’est votre baraque ça ?!
- Eh oui, bienvenue chez les Kitai !
-Mercii !!!
Okami le regarda bizarrement, s’étonnant de sa réponse
- Oh ! C’est que c’est la première fois, sauf avec Oma, qu’on me dit ça !
- T’es sans amis fixes ?
- Euh un peu oui, et aussi sans parents fixes…
- Ah, désolée…
Okami monta les trois marches du perron et demanda :
- Si c’est pas trop indiscret, comment sont-ils morts ?
- Ma mère environ deux ans après ma naissance, je n’ai aucune idée de la cause, et mon père…
Okami ouvrit la grande porte d’entrée, et se retourna vers le gamin. Il eut un regard de défi, et cria :
- C’était Hokage le quatrième ! Yondaime !!
Okami traversa le hall, retira sa veste, et se dirigea vers la cuisine. Le petit, resté à l’entrée, ne bougeait pas.
- Je me disais bien que ta tête me rappelait quelque chose ! ria Okami de la cuisine, allons, ne reste pas planté là !
Il eut un sourire, et courut à la cuisine. Il revient quelques secondes plus tard pour refermer la porte.


oooo


Hana était encore une fois assise. Elle pensait encore. On toqua à la porte, et un garçon aux pupilles blanches entra :
- Hana ? Que disait la lettre ?
- Qu’on aurait notre sensei dans deux jours.
- Tu sais qui sait ? Je le connais peut-être.
- Ça m’étonnerait, elle n’était pas au village durant les cinq dernières années et serait une ex ambu.
- Elle ? Ça va vous changer alors.
Et il repartit. Oui, songea Hana, ses rapports avec son frère se dégradaient de plus en plus.


oooo


- Au fait, quel est ton nom petit? questionna Okami en mangeant un bol de nouilles
- Yakisoba!
- Enchantée, moi c'est Okami!

COMMENTAIRE(S)

Il n'y a pas encore d'avis de déposé, soyez le premier à le faire !!

Pour noter et laisser des avis sur les fiches vous devez être membre,
ceci est GRATUIT et RAPIDE, n'hésitez pas à vous inscrire.

FICTIONS DE OKAMI

PROFIL DE OKAMI

RECHERCHE DE MEMBRES

#
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

RÉSEAUX SOCIAUX

PUBLICITÉS

MANGA EXCHANGE

Echangez vos bannières gratuitement avec Geneworld grâce à Manga Exchange

LES RECHERCHES LES PLUS POPULAIRES

  Rex fabula    Sharivan    Yahari ore no seishun love come wa machigatteiru.    The arms peddler    Grabouillon    Seven deadly sins    Sexe et magie noire    Astérix et cléopâtre    .hack//G.U.    Mes parrains sont magiques    Shingeki no kyojin    Hanazono merry go round    Skip beat !    Sam le pompier    Kiba  
Geneworld.es Geneworld.fr Geneworld.net - Fighting cards - Anime Covers - Manga Exchange - Hentaï Exchange - Mangavortex - Anoukis Shop - Pavillon Noir
Site membre du réseau Enelye - Copyright © 2004-2018, Anoukis Multimedia