Pseudo :Mot de passe :Retenir Oublié ?
Geneworld.net
Certaines fonctionnalités du sites sont réservées aux membres Enelye.
Afin de profiter pleinement de celui-ci n'hésitez pas à créer un compte, c'est gratuit et rapide !
AccueilGénériquesManga / AnimesSortiesCollectionsDessins / FictionsCulture d'asieBoutiquesRecherche Recherche

SUIVEZ GENEWORLD !

Sur FacebookSur Facebook
Sur TwitterSur Twitter
Sur GoogleSur Google
Geneworld.net>Fan-fictions>Konoï>Kokoro no Tsubasa

04 - TOSS THE FEATHERS PAR KONOÏ

Salut tout le monde! Nous voici au 4ème chapitre de Kokoro no Tsubasa ^^

La chanson du jour est : Toss the feathers
Quelques infos : cette chanson des Corrs correspond par le titre a ce chapitre. Une chanson que j’aime bien, mais sans plus.

Voila, c’est parti!






Après quelques heures de voyage depuis que Kiyo était avec eux, Yoru et son groupe avaient parcouru une distance considérable…
Quand la nuit commença à tomber, ils décidèrent qu’il était grand temps de manger et de se reposer un peu…
- Dis… – Pépin s’approcha inquiet de Yoru – J’ai pas réussi à faire manger Kiyo tout à l’heure… Je l’ai laissé tranquille vu qu’il s’était endormi, mais bon…
- Je vois… Amène-le. Peut-être qu’en nous voyant manger, ça le motivera.
- D’accord. Je vais le chercher – le meïrin s’en alla en courant pour trouver le jeune éphémère.
- Yoru-sama – interpella alors Shad – j’ai préparé le repas. Vous venez?
- Oui, j’arrive.

Tous s’étaient réunis sur le pont pour manger. Le lycaon était un assez bon cuisinier, alors la nourriture était bien préparé.
Ils avaient déjà commencé quand les deux autres arrivèrent enfin… Pépin s’assit alors immédiatement et prit une assiette. Quand à Kiyo, il resta debout, à regarder les autres.
- Assied-toi – lui dit Yoru – Tu dois manger quelque chose.
- … - il s’assit à coté de l’assassin.
- Hé! – protesta celui-ci – Vas ailleurs!
- … - penchant la tête sur le coté, il regarda Tsumi.
- Laisse-moi tranquille – il feint d’ignorer l’éphémère, et se saisit d’un morceau de pain.
- … - distrait, Kiyo se mit à regarder un peu partout autour de lui.

- Aller – réessaya alors Pépin – s’il te plaît, mange quelque chose.
- Le problème – réfléchit Yoru – c’est que si je me souviens bien, les éphémères sont strictement végétariens. Et en cette période de l’année, nous n’avons ni fruits ni légumes.
- Mais… le pain, c’est fait à base de plantes, non? – demanda le meïrin.
- Oui. Mais les éphémères n’ont jamais de contacts avec la société… Il ne sait sûrement même pas ce que c’est, et comme ça ne ressemble ni à un fruit ni à un légume ou une autre plante…
- Mais alors… comment le faire manger?
- Oh, vous m’énervez! – s’énerva Tsumi – C’est pourtant pas compliqué! – il arracha une bouchée de la miche qu’il avait prise, et la mit juste sous le nez de Kiyo – Sens ça. Allez!
Kiyo détourna la tête avec un petit gémissement. Du coup, Tsumi l’attrapa de sa main libre par le menton, et lui replaça de morceau de pain devant la bouche.
- Doucement! – s’inquiéta Yoru – Ne le brusque pas comme ça!
- Si tu veux qu’il mange, faut l’obliger à goûter – il se tourna vers Kiyo – C’est pas de la viande, imbécile. Si tu veux pas crever, mange ça. T’auras des fruits quand ce sera la saison.
L’éphémère regarda Tsumi avec un air de chien battu après quoi, à contrecœur, il prit le morceau de pain en bouche. Mais dès qu’il avait senti le goût que ça avait, son expression changea. Il eut l’air d’apprécier, car il avala précipitamment, puis il se jeta sur une miche entière qu’il se mit à mordre à pleines dents.
- Ça alors… – s’étonna Pépin.
- On dirait qu’il n’avait pas mangé depuis sa capture – remarqua l’ange – Le pauvre.
- Les marchands d’esclaves sont des barbares… – ajouta Shad – Je suppose qu’en voyant qu’il ne veut pas manger, ils se sont juste dit qu’il fallait le vendre au plus vite avant qu’il ne meure.
- Sûrement… – acquiesça tristement Yoru – Kaï, quelle est notre prochaine destination? – il finit par changer de sujet.
- Hein? – le démon, qui était totalement déconnecté de la discussion, revint à lui – Euh, je préfère quitter le territoire humain. On va commencer à chercher plus sérieusement après…




Après avoir mis en ordre leur immense manoir, Kiseki et Radiant étaient fin prêts pour le départ….
N’ayant que quelques affaires avec eux, ils pouvaient voyager léger.

Au Pic des Adieux, une falaise d’où décollaient ceux qui quittaient Rakuen, beaucoup de monde s’était réuni pour leur souhaiter bonne chance.
Alors que Kiseki attendait patiemment son frère, ce dernier saluait de la main des anges rassemblés, comme le ferait une grande personnalité.
Finalement, le loup dut l’appeler pour qu’il se décide enfin à bouger.

Ainsi, les deux frères déployèrent leurs grandes ailes, et s’élevèrent dans les cieux…
Ce n’est qu’une fois éloignés du continent que Kiseki ouvrit la bouche.
- Tu pouvais éviter de te donner en spectacle comme ça! N’oublie pas que c’est moi le chef de la famille. Toi, tu n’es que mon ombre.
- D’accord, d’accord – répliqua l’autre ennuyé – J’adore quand ils m’acclament; c’est une preuve de ma puissance!
- Tu es surtout stupide.
- Ne dis pas ça juste parce que tu es plus intelligent que moi – il baissa le regard – T’es la personne la plus intelligente que je connaisse…
- Alors essaye de ne pas trop ternir ma réputation. Mon image doit rester parfaite.
- Ha ha ha! Pas besoin de t’en faire pour ça! Je serai ton glaive et ton bouclier. Le miroir qui amplifiera ton éclat!
- « soupir » Tant que tu restes concentré sur notre mission et que tu ne me déranges pas, ça me va.
- Au fait Kiseki, quand est-ce qu’on arrivera à Karst? J’ai envie de combattre tout de suite!
- Sois un peu patient – grogna le loup – Tu sais bien que la route est longue. Et si tu t’agites comme ça, tu n’arriveras pas à destination.
- Ah? – son regard changea radicalement, se faisant candeur – Tu t’inquiètes pour moi onii-san?! Waah, j’suis trop content! – il se mit à virevolter joyeusement autour de son frère.
- Grrr! Radiant! Je t’ai déjà prévenu: si tu ne réprimes pas ces pulsions, ça va mal finir pour toi!
- Hein? Tu es fâché contre moi? « sniff » Onii-san, pourquoi? – il éclata en sanglots.
- Tu vas te taire?! – furieux, Kiseki mordit le bras de son frère.
L’ange noir cria de douleur, après quoi il regarda désorienté autour de lui…
- Qu’est-ce que tu fais Kiseki?! Pourquoi tu me mords?!
- Radiant, tu es fou à lier! – Kiseki le regarda avec mépris – Je fais l’effort de montrer un visage de frère attentionné en public, mais je te supporte plus!
- J’y peux rien, c’est comme ça! – Radiant se mit un peu en colère, ce qui rendit ses yeux rouges encore plus menaçants.
- Tu es un monstre Radiant, tu n’es pas normal. Je m’occupe de toi car tu es mon frère, mais c’est insupportable d’avoir l’impression de ne pas savoir qui se tient vraiment à coté de moi. Tu crois que c’est agréable de ne pas pouvoir compter sur son frère parce que celui-ci est comme deux personnes différentes? – il demanda avec colère.
- Désolé Kiseki – Radiant baissa tristement le regard – On dirait que je ne peux pas me contrôler… Je fais des efforts pourtant…
Kiseki ricana et posa ses pattes avant sur les épaules de Radiant, tentant d’accrocher son regard – Non, c’est moi qui m’excuse. Je ne devrais pas me mettre en colère contre mon adorable petit frère.
- Alors tu me pardonnes?!
- Oui, mais juste pour cette fois. Tu devras t’appliquer un peu plus.
- D’accord! – rassuré, il le va le poing avec entrain – Je vais faire de mon mieux pour être digne d’être ton frère!
- Bien, bien. Alors fonce, je te suis.
- C’est parti! – Radiant fit une pirouette dans les airs, après quoi il reprit le cap.
- « C’est ça… continue de m’obéir gentiment comme tu le fais. Ton dévouement frôle l’imbécillité… et c’est pour ça que tu m’es si utile » - l’ange marmonna sous le nez avec un sourire mauvais.
- Hein? T’as dit quelque chose?
- Non, rien.




Quelques jours plus tard, le groupe de Yoru arrivait aux cotes d’une petite île nommée Harza. Il n’y avait là qu’un petit village, donc ils n’y trouveraient probablement rien d’intéressant. Cependant, la prochaine terre étant très loin, il était judicieux de remplir des réserves d’eau potable et de nourriture.
Quand ils arrimèrent le bateau, il leur fallait décider si tout le monde devait descendre…
- Je peux surveiller le bateau – proposa Pépin – Et Kiyo devrait rester avec moi vu qu’il est si fragile.
- Je ne crois pas que ce soit une bonne idée… – réfléchit Shad – Tu es une bête sacrée, et Kiyo pourrait être pris pour tel… Si des humains voient un bateau avec que des bêtes, ils pourraient l’incendier.
- C’est pas faux… – acquiesça Yoru.
- Bah, j’ai pas l’intention de traîner avec vous – Tsumi haussa les épaules – Si je reste ici, c’est bon.
- Pas question! – protesta Kaï – Je ne te fais pas confiance! Et surtout maintenant qu’en plus tu as une arme sur toi! Je vais pas laisser le bateau entre tes mains, même si Pépin reste ici aussi. Encore, si c’était Shad… Mais on risque d’avoir besoin de lui.
- Tu exagères, Kaï! – l’ange rentra son aile – Mais je peux rester ici si ça te rassure.
- Non. Tu dois venir aussi Yoru. Il faut qu’un humain nous accompagne, et je ne veux pas y aller avec Tsumi! (vous l’aurez compris, Kaï veut dire que sans son aile Yoru a l’air d’un humain)
- Alors… on y va tous? – demanda finalement le meïrin.
- On dirait – sourit Yoru – Si tout le monde descend, les gens penseront que nous sommes des humains qui se promènent avec leurs esclaves… Je doute qu’ils se préoccuperont de notre navire.

Ainsi, tout le groupe descendit sur la terre ferme… Afin d’arriver au village, ils devraient marcher encore un peu.
Après plus ou moins une demi-heure, durant laquelle aucun d’entre eux ne prononça un seul mot, ils virent que Kiyo se traîne un peu… Il haletait et avait l’air épuisé…
- Ça ne va pas? – s’inquiéta l’ange.
- … - Kiyo respira bruyamment et vacilla un instant.
- Mais qu’est-ce qu’il a?! – demanda le Maoh.
- Je crois… qu’il a atteint ses limites. Il est trop fragile pour marcher plus longtemps. Je suppose que l’un d’entre nous devra le porter.
- Quoi?! – s’exclama Tsumi.
- Mais qui va faire ça? – le démon n’était pas emballé.
- Pépin n’est pas très fort… Ce sera dont toi, Tsumi, Shad ou moi-même.
- Toi? Pas question! Tu es trop affaibli à cause de ton aile! – il eut un regard amère – Il ne reste que Tsumi, Shad ou moi…
- C’est hors de question que je le porte! – protesta Tsumi – Je ne voulais même pas venir avec vous.
- Bon… – Yoru se tourna vers Kaï et Shad – Qui le prend alors?
- Je vais le faire – Shad s’avança vers Kiyo, et s’accroupit dos à l’éphémère – Accroche-toi.
- … - Kiyo regarda un instant le lycaon, après quoi il posa les mains (ou pattes) sur ses épaules. Shad passa alors ses bras sous les genoux de la délicate créature, et la souleva avec facilité.

Ainsi ils purent continuer, laissant l’éphémère se reposer…


Alors qu’enfin ils arrivaient au village, ils se rendirent compte qu’une grande agitation y régnait. Les habitants, armes ou ustensiles de travail en main, couraient dans les rues et criaient.
Intrigué, Yoru interpella l’un d’entre eux…
- Excusez-moi!
- Pardon? Oh, vous êtes un noble avec ses esclaves?! C’est un honneur!
- Euh, oui… – Yoru fut un peu prit de court – Que se passe-t-il ici?
- C’est incroyable! – l’homme était surexcité – Une bête rare est apparue sur l’île! On essaye de l’attraper!
- Une bête rare?
- Oui! Un cerf! Un jeune cerf! Il court dans les rues, alors on tente de le coincer! Bon, je dois retourner à ma position! – il partit en courant.
- Que…?
- Mais enfin, c’est quoi ce délire?! – Kaï s’irrita – Et en plus, quelle position? Ils courent simplement dans tous les sens!
- Yoru-sama – Shad se tourna calmement vers son maître – cette histoire de cerf m’intrigue. Ce sont effectivement des bêtes très rares, qui ne quittent jamais leur île. De plus, ils sont trop forts pour que les marchands d’esclaves s’aventurent chez eux… S’il y en à vraiment un ici, il est venu de lui-même, ce qui est plus qu’étrange…
- Oui… c’est effectivement très étrange… Shad, tu sens son odeur?
- Hmm… Il y a comme une nuance… – le lycaon renifla l’air – Vous voulez que je vous guide?
- Oui, nous ferions mieux d’aller voir.

Suivant l’odorat canin de Shad, le groupe progressa dans les rues, jusqu’à atteindre une petite ruelle; un cul-de-sac. Un groupe de gens en bloquait l’accès…
Yoru et ses compagnons réussirent à forcer le passage pour s’approcher… C’est alors qu’ils le virent; au fond de cette ruelle, il y avait un jeune adolescent aux pattes arrières, queue, oreilles et bois de cerf. Les taches blanches visibles sur son dos foncé, là où sa peau n’était pas cachée par ses habits, étaient un signe de sa jeunesse. Ses cheveux étaient dorés, et ses magnifiques yeux de la même couleur semblaient terrifiés… Il était maintenu, à distance, par des cordes aux nœuds coulissants que les villageois lui avaient envoyées. Ainsi, il en avait une autour du cou, une au bois gauche, une au bras droit, et une autre à la jambe contraire…
Malgré ses liens et sa peur, il se débattait et tentait d’embrocher les gens les plus proches de lui.
Finalement, il s’arrêta soudain de bouger… Mais ce n’était pas un abandon. Non; soudain, entre ses bois, se forma une petite sphère de lumière dorée, qui se mit à grandir peu à peu…
- Yoru-sama! – s’exclama Shad.
- Oui! – Yoru se précipita, passant devant les villageois – Hikari no Ken! – à son appel, l’épée de lumière apparut entre ses mains.
Tout en la plantant dans le sol, à la verticale devant lui, il se prépara au choc à venir.
De la sphère surgit un large rayon de lumière… Il frappa de plein fouet dans l’épée de Yoru, obligeant ce dernier à reculer d’un pas… Mais l’attaque fut absorbée par la lame lumineuse…

Tous en dehors du serviteur de Yoru furent abasourdis, aussi bien par le coup porté par la bête que par la façon dont il a été stoppé.
Alors que l’épée disparaissait, l’ange vacilla un instant. Mais Kaï accourut, et l’empêcha de tomber…
- Ça va, ne t’inquiète pas – Yoru le rassura.

- Mais… – le cerf n’en croyait pas ses yeux – comment il…? – il tomba à genoux… Cette fois, il ne pouvait plus rien faire…
Les villageois se précipitèrent alors sur lui… Mais Yoru s’interposa.
- Attendez!
- Mais qui êtes-vous? – demanda un homme parmi ceux qui étaient en première ligne.
- Oh, c’est le noble de tout à l’heure! – celui qu’ils avaient rencontré auparavant sortit du tas – Alors vous êtes aussi un mage?!
- C’est vrai?! Vous êtes un noble?!
- Oui, c’est vrai – mentit l’ange – On m’appelle Yoru. Je suis en voyage à la recherche de bêtes rares pour ma collection.
- Vraiment?!
- Seigneur – une femme s’immisça – si on vous offrait cette bête… pourriez-vous…?
- Bien sûr – sourit Yoru – Dès que je serai de retour chez moi, j’ordonnerai qu’on vous procure maintes richesses. J’en ai les moyens.
- Oh, merci seigneur! Alors prenez-le, il est à vous!
- Merci beaucoup. Et si vous pouviez aussi nous ravitailler…
- Évidemment! Suivez-nous!
Yoru sourit, satisfait, après quoi il s’approcha du cerf et enleva tous ses liens en dehors de celui au cou, qu’il se contenta de relâcher un peu. Il l’obligea alors à se lever, tenant fermement la corde, et à le suivre… Mais dès qu’il était sûr que les villageois ne faisaient pas attention à lui, il lui chuchota quelque chose à l’oreille…
- Dès qu’on aura quitté cette île, je vais t’enlever ça… Patience.
- Hein? – s’étonna la bête.
- Tiens-toi juste tranquille. On va te sortir de là…

Les habitants offrirent bon nombre de nourriture et de boissons aux voyageurs, après quoi ils les aidèrent à charger le tout sur le Tabi…
Ce n’est donc qu’après un bon moment qu’ils purent regagner le large…
Une fois loin des cotes, Yoru enleva les derniers liens du jeune.
- Tu vas bien? – il lui demanda.
- Mais… qui êtes-vous?... Arrêter mon rayon ainsi… Et ne me dites pas que vous êtes un mage; ils ne sont pas capables de ce genre de choses!
- Ah, non… – Yoru déploya les ailes.
- Un… un ange?! – le jeune cerf resta un instant avec les yeux grands écarquillés. Soudain, tombant à genoux, il se prosterna devant lui – Pardon! Je vous ai manqué de respect! Rencontrer un messager divin, c’est un honneur!
- Hein? – l’ange était assez surpris – Mais ce n’est pas la peine de faire tout ça… Je suis une personne comme une autre.
- Mais les anges sont les messagers des dieux, non?
- Euh… pas à ma connaissance…
- Vous ne pouvez pas aller dans le monde des dieux?!
- Si, bien sûr, mais…
- Alors vous êtes leurs messagers chez nous!
- Et bien…
- C’est forcément vrai!
- Euh… – Yoru ne savait pas quoi lui dire – Enfin… relève-toi pour commencer…
Le jeune obéit, et regarda Yoru de ses yeux d’or.
- Et bien, comment tu t’appelles? – demanda l’ange.
- Midori. Ravi de vous rencontrer.
- Oui, moi aussi. Bon, je suppose que c’est à moi de faire les présentations…

Ainsi, il se présenta, lui et aussi ses compagnons présents sur le pont…
- Et puis – il continua – il y a aussi Shad, le lycaon, qui est parti mettre Kiyo au lit, comme il était fatigué.
- Kiyo c’est cette étrange créature que Shad portait tout à l’heure?
- Oui. C’est un éphémère.
- Jamais entendu parler…
- Ce sont des êtres très rares. Et aussi très faibles et fragiles… Il faut faire attention à lui.
- Je vois… – il réfléchit, après quoi il se décida à poser cette question qui le tourmentait depuis un moment – Dites, Yoru-san, pourquoi n’avez-vous qu’une aile?
- Ah, ça… – il baissa le regard.
- Pardon, je n’aurais pas du…
- Non, ce n’est rien. J’ai perdu mon aile droite en protégeant des amis… À cause de ça, je suis condamné à mourir…
- Oh, c’est terrible! Je suis navré de vous avoir demandé ça…
- Mais tu vas arrêter?! – s’exclama soudain Kaï, qui les écoutait – Il broie du noir tout le temps, mais si on fait ce voyage, c’est pour trouver un moyen de régénérer son aile! – il expliqua furieusement.
- Ah oui? Et vous avez des pistes? – interrogea Midori.
- Pas vraiment… – avoua le démon en baissant le regard.
- Hmm… J’ai une idée! Chez nous, sur l’île de Kagayaku Mori, nous avons une relique sacrée. On dit qu’elle a de grands pouvoirs! Elle pourra peut-être vous aider.
- Tu as entendu ça, Yoru?! – Kaï retrouva le moral – Si on y va, tu as peut-être une chance d’être sauvé!
- Oui… peut-être…
- Arrête d’être si pessimiste! Allons-y; ça ne nous coûtera rien!
- Je sais pas…
- C’est une bonne idée je trouve… – Shad venait d’arriver – Yoru-sama, les cerfs ont non seulement de grands pouvoirs naturels, mais en plus leur culture est ancienne et s’est préservée intacte sur leur île. C’est un peu comme nous, les lycaons; l’isolation nous a permit de garder des connaissances perdues ailleurs. Cependant – il se tourna vers Midori – seuls nous ne réussirons pas à pénétrer sur le domaine des cerfs…
- Vous m’avez aidé, alors je vais vous emmener!
- Merci… – répondit un peu tristement Yoru.
- Non, c’est moi qui vous remercie. Non seulement vous m’avez sauvé, mais grâce à vous je n’ai pas eu à faire de mal à ces villageois! « sourire » Je n’aime pas blesser les gens, vous savez…
- Moi non plus… – Yoru repensa aux crimes qu’il avait commit pour le duc.
- En tout cas, mon île est loin… On va voyager un bout de temps ensemble. J’espère qu’on sera amis!
- Pff… – soupira Tsumi – Encore un gamin… C’est ridicule – il se retourna et alla s’asseoir sur la rambarde qui entourait le bateau.
- Mais qu’est-ce qu’il a? – interrogea le cerf.
- C’est juste un sale type – commenta Kaï, tout en tournant la barre.
- Tsumi est sous notre surveillance – expliqua Shad – C’est un assassin que nous devons reconduire vers les contrées du nord sur ordre du roi.
- Un… un assassin?!
- Ça te dérange? – le concerné se tourna vers lui.
- Ah… euh… – Midori fit l’effort de sourire – Non, tu es comme tu es, pas vrai?
- Tss…

COMMENTAIRE(S)

Il n'y a pas encore d'avis de déposé, soyez le premier à le faire !!

Pour noter et laisser des avis sur les fiches vous devez être membre,
ceci est GRATUIT et RAPIDE, n'hésitez pas à vous inscrire.

FICTIONS DE KONOÏ

PROFIL DE KONOÏ

RECHERCHE DE MEMBRES

#
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

RÉSEAUX SOCIAUX

PUBLICITÉS

MANGA EXCHANGE

Echangez vos bannières gratuitement avec Geneworld grâce à Manga Exchange

LES RECHERCHES LES PLUS POPULAIRES

  Galactik football    Seven deadly sins    .hack//G.U.    Yahari ore no seishun love come wa machigatteiru.    Shingeki no kyojin    The arms peddler    Rex fabula    Kiba    Astérix et cléopâtre    Sexe et magie noire    Grabouillon    Hanazono merry go round    Mes parrains sont magiques    Skip beat !    Sam le pompier  
Geneworld.es Geneworld.fr Geneworld.net - Fighting cards - Anime Covers - Manga Exchange - Hentaï Exchange - Mangavortex - Anoukis Shop - Pavillon Noir
Site membre du réseau Enelye - Copyright © 2004-2018, Anoukis Multimedia