Pseudo :Mot de passe :Retenir Oublié ?
Geneworld.net
Certaines fonctionnalités du sites sont réservées aux membres Enelye.
Afin de profiter pleinement de celui-ci n'hésitez pas à créer un compte, c'est gratuit et rapide !
AccueilGénériquesManga / AnimesSortiesCollectionsDessins / FictionsCulture d'asieBoutiquesRecherche Recherche

SUIVEZ GENEWORLD !

Sur FacebookSur Facebook
Sur TwitterSur Twitter
Sur GoogleSur Google
Geneworld.net>Fan-fictions>Konoï>Kokoro no Tsubasa

10 - SORROW PAR KONOÏ

Bonjour tout le monde dans ce 10ème chapitre de Kokoro no Tsubasa, après un bon moment de pause.

La chanson du jour est : Sorrow
Quelques infos : là aussi, ce n’est pas une chanson en réalité, mais une musique, de l’OST de Matantei Loki – Ragnarök. Une belle musique, qui correspond aussi bien de titre que de mélodie à l’état d’esprit d’un des persos de ce chapitre.

Bien, bonne lecture!






Quelques jours après son “accrochage” avec Melody, Yasha était surpris de voir la jeune fille toujours au palais, quand un matin il s’était rendu pour une promenade dans les jardins intérieurs…
- Melody? – il la regarda – Qu’est-ce que tu fais encore là?
- Mon père m’a laissée venir, alors je ne compte pas laisser tomber comme ça! Yasha, je t’aime, et quoi que tu dises je t’aimerai toujours. Alors, si quelqu’un d’autre a pris ton cœur, je ferai tout pour qu’il batte à nouveau pour moi!
- Je rêve… – il soupira – Tu pourrais au moins éviter de faire ce genre de déclarations comme si de rien n’était.
- Allons, allons! – elle sourit – J’y arriverai bien un jour!

Sans un mot de plus, elle laissa Yasha. Ce dernier se frotta la nuque dans l’embarras, se demandant que faire avec la jeune fille…
- Encore heureux que Raïsu m’attende dans la salle du trône… Bon, je ferais mieux d’y aller…


On avait demandé audience à Yasha, mais bizarrement la personne qui avait sollicité de parler avec lui n’avait pas donné de nom… C’était le jour de cette rencontre, et la curiosité du roi était à son apogée.
Comme il s’en doutait, Raïsu était déjà dans la salle du trône quand il arriva. Il était assis dans un des deux sièges qui se trouvaient aux cotés de celui du roi. Cependant, en le voyant arriver, il se leva directement.
- Yasha-sama!
- Raïsu, pas la peine de te lever – il s’approcha de lui.
- Yasha-sama, peu importe le royaume, les sièges aux cotés du trône sont pour la compagne et l’enfant aîné du roi. Quand quelqu’un vient, je ne peux pas rester assis là – il coucha ses oreilles – En fait, je n’ai pas du tout le droit de m’y asseoir…
- Encore une coutume stupide… – il caressa la joue du tigre – Je veux bien respecter ces règles pour l’instant, mais je te jure qu’un jour tu pourras être assis là aux yeux de toute la cour!
- Yasha-sama… « rougit »
Yasha s’approcha de lui, voulant l’embrasser. Mais alors, quelqu’un appela de derrière la porte.
- Votre Majesté! La personne qui vous avait demandé audience est arrivée! Pouvons-nous lui ouvrir? – résonna la voix d’un garde.
- Heu – le roi s’assit précipitamment – Oui, qu’il passe!

Les portes immenses s’ouvrirent…
Devant Yasha et Raïsu, accompagné de deux gardes, apparut un jeune garçon d’environ treize ou quatorze ans, aux cheveux châtains et à l’air nerveux.
- Hm? – Yasha le regarda – « j’ai l’impression de l’avoir déjà vu… »
- Voulez-vous que nous nous retirions? – demanda un des soldats.
- Ah… oui, je vous prie – ordonna Yasha, voyant l’hésitation de son invité.

Dès que les deux hommes étaient sortis, le jeune garçon se précipita en avant, et tomba à genoux devant Yasha.
- Yasha-dono! Heu, Yasha-sama! Ah, non, heu… Votre Majesté! Je, heu… – il bafouillait en paniquant, à une allure faramineuse – Je ne savais pas où aller! Ils me l’ont enlevé! Et je, je… je…
Yasha et Raïsu se regardèrent, avec des interrogations plein les yeux. Ils ne comprenaient rien à ce que voulait le garçon. Le roi l’arrêta donc.
- Un moment! Parle plus doucement. Je ne comprends rien à ce que tu me racontes.
- Ah… heu… – des larmes lui montaient aux yeux.
- Hmm – il hésita – Il me semble t’avoir déjà vu, mais…
- Vous ne savez pas qui je suis? Ah, désolé… – le jeune baissa la tête – Je… Je m’appelle Narion, et…
- Narion? – il eut enfin le déclic – Celui que j’ai affronté au cirque de Sailah?! C’est bien toi?
- Oui!
- Mais que fais-tu ici?
- Je suis venu vous demander votre aide! – il s’exclama.
- Mon aide?
- Oui. C’est compliqué en fait, je…
- Attends, tu recommences déjà à t’emballer. Calme-toi, respire à fond, et explique-toi depuis le début.
- Ah… oui, pardon… – il respira longuement – Votre Majesté… En fait, j’habite ici, dans cette ville. Je suis le fils de la maison Aghalla…
- Aghalla? La famille bourgeoise? – il se remémora ses cours de politique et de commerce.
- Oui. Comme vous le savez, j’ai participé aux tournois de Sailah avec mon renard Vâreen… – il commença son récit d’une voix brisée.
- Oui, je m’en souviens.
- Vous savez, dans notre famille nous recevons tous un esclave d’une race rare quand nous sommes jeunes. Par la suite, c’est a nous de travailler de façon a pouvoir en acquérir d’autres pour nous et nos enfants… Vâreen est l’esclave que mon père m’a offert pour mon anniversaire…
- D’accord… – Yasha n’était pas sûr de savoir où il voulait en venir.
- Vous aviez du le constater, mais Vâreen ne m’acceptait pas comme son maître, et il ne m’obéissait pas…
- Je le sais bien. Mais pourquoi me dire tout ça?
- Et bien, après notre défaite… j’ai réalisé que peut-être je devais essayer de le voir comme un ami, et pas comme un esclave… Mais… – il fit une pause, après quoi il éclata en sanglots.

Yasha, confus, regarda Raïsu. Mais ce dernier avait l’air tout aussi perdu que lui…
- Et… que s’est-il donc passé – il finit par demander à son invité.
- « sniff » – le jeune garçon tira du nez, mais il fit l’effort de se contrôler – On… on a commencé à mieux se comprendre tous les deux… Mais mon père… il n’a pas aimé que je sois devenu ami avec un esclave. Et… et il y a une semaine… « sniff » Le matin, je ne trouvais plus Vâreen… Mon père m’a dit qu’il ne savait rien et qu’il avait du s’enfuir… Mais je suis sûr qu’il m’a menti, et qu’en fait il s’est débrouillé pour se débarrasser de lui… Et je… je… – il se remit à pleurer – Je n’ai pas arrêté de le chercher… partout… Mais en vain « sniff ». Et puis « sniff » j’ai découvert que ce nouveau roi, c’était vous… J’ai personne d’autre vers qui me tourner! Alors… alors… « sniff »
- Tu veux que je t’aide? Mais comment? Si Vâreen a été…
- Non!!! Il ne peut pas être mort! – coupa Narion – Je… je suis sûr que mon père l’a envoyé chez oncle Sez, sur le continent « sniff »… Je ne peux pas quitter Mahô sans permission et escorte… Alors « sniff » alors je ne peux pas m’y rendre…
- Et tu veux donc que nous y allions?
- Je… je suis désolé… Je n’avais personne à qui demander – il baissa la tête.
- Je ne peux pas décider comme ça… Laisse-moi quelques minutes.

Yasha se tourna vers Raïsu, et baissa le ton de voix pour que Narion n’entende pas.
- Je ne sais pas quoi faire – il avoua.
- Yasha-sama, c’est bien le garçon dont vous m’avez parlé une fois qu’on avait quitté Sailah, c’est ça? – voulut s’assurer Raïsu.
- Oui.
- Je… Je trouve que c’est horrible ce que son père a fait. Je voudrais l’aider…
- L’ennui, c’est que le roi ne peut pas se permettre de partir comme ça à la rescousse d’une bête… Ce serait très mal vu. Sans oublier que Sez est une éminente personnalité dans le monde du commerce, et je ne peux pas m’attaquer à lui comme ça…
- Hmm… – le prince baissa un peu la tête. Il était bien conscient des risques.
- Mais… – Yasha réfléchit – J’ai peut-être une idée.
- Ah?
- Sez est avant tout un commerçant… Une visite officielle du roi, ça ne se refuse pas.
- Alors vous pensez que c’est faisable?
- On peut tenter le coup – il acquiesça, après quoi il se tourna de nouveau vers Narion – Je ne peux rien te promettre, mais je vais me rendre chez ton oncle.
- Vraiment?!! – les yeux violets du garçon s’illuminèrent – Oh merci! Merci, Votre Majesté – il s’inclina profondément.
- Cependant, il faut que je prépare certaines choses… Ah oui, et il habite où ton oncle? Ce sera mieux si nous y allons avec quelqu’un de là-bas.
- Vous ne savez pas? Oncle Sez habite au sud du duché de Sylla.
- Sylla? – Yasha fut parcouru d’un frisson, sachant que la seule personne qui pourrait l’y accompagner était Melody.
Mais en même temps, c’était peut-être l’occasion de la laisser chez elle avant de revenir…
- Par ailleurs – il reprit – tu devrais venir également.
- Pardon?!! Mais-mais c’est impossible! Mon père ne me laissera jamais!
- Écoute, rentre chez toi pour le moment. J’irai parler à ton père en personne plus tard. Je suis sûr que tout se passera bien.
- Vous… – il regarda Yasha un long moment – Merci infiniment.


Le roi prit rendez-vous avec le père de Narion, et l’après-midi même il se rendit dans son manoir…

- Votre Majesté, c’est un honneur! – l’homme l’accueillit chaleureusement.
- Pour moi aussi, Aghalla-san – Yasha le salua.
- Venez donc, installez-vous dans le salon je vous prie.
- Veuillez m’excuser d’avance, mais je me dois de décliner cette offre.
- Seriez-vous pressé, Votre Majesté? – il eut l’air déçu.
- Hélas, oui. Il se trouve que de dois partir sur le continent demain, et j’ai des préparatifs à faire.
- Mais dans ce cas, que me vaut le plaisir de votre visite?
- Et bien, Aghalla-san, je ne vais pas vous raconter tous les détails, mais il se trouve que j’ai eu l’occasion de rencontrer votre fils, Narion.
- Vraiment?!
- Oui. Cet enfant semble avoir un énorme potentiel. Aussi, je serais ravi si vous l’autorisiez à m’accompagner au cours de mon expédition.
- C’est… – l’homme le regarda d’un air effaré, après quoi il s’inclina soudainement – Votre Majesté, ce sera un plaisir que d’envoyer mon fils pour vous accompagner!
- Alors c’est parfait. Assurez-vous que votre fils soit présent demain à l’aube aux portes du palais.


Une fois cette affaire réglée, et de retour au palais, Yasha fut rejoint par Raïsu.
- Alors Yasha-sama? – demanda ce dernier – Comment ça s’est passé?
- Bien. Il n’y a vu que du feu.
- C’est magnifique! – Raïsu sourit – Il ne nous reste plus qu’a aller sauver Vâreen-san!
- Hmm… Ce ne sera pas aussi simple, je le crains.
- Pourquoi?
- Et bien… On ne sait pas comment Sez réagira à notre visite. Il essayera certainement de rentrer dans mes bonnes grâces, mais il sera également méfiant. Après tout, si le roi découvre des tortures envers des bêtes sacrées, ce ne sera pas bon pour sa réputation – il imita un ton hautain – De plus…
- Hum? – le tigre inclina la tête sur le coté.
- Je ne peux pas aller quelque part sur le continent sans escorte. Il faut que j’emmène un bataillon, soit ma Garde Royale.
- La Garde Royale?
- Oui. Ce sont des guerriers d’élite que le roi choisit pour être ses protecteurs, et aussi ses conseillers. Ils ont presque autant d’influence auprès de lui que les ministres, et sont supérieurs à tous les autres soldats, y compris les généraux et capitaines.
- Mais… vous n’avez pas de Garde Royale, non? – il afficha une mine préoccupée.
- Non, cependant… – il sourit d’un air satisfait – Au moins dans le cas de ce problème, j’ai déjà une solution.
- C’est vrai?
- Oui. En fait, quelques jours après mon couronnement, j’ai pris des dispositions en prévision d’une éventuelle situation comme celle-ci. Tu verras un peu plus tard de quoi il s’agit.
- Mais alors…?
- Pourquoi je suis encore si inquiet? « soupir » On ne sait jamais ce qui arrivera à Sylla… Il nous faut donc une garantie d’y trouver un refuge si nécessaire. Mais le roi ne pouvant pas descendre comme si de rien n’était dans les auberges, il nous faut l’accord d’un noble pour aller chez lui s’il le faudra… Et la seule personne venant de Sylla que je connaisse vraiment… c’est Melody.
- Oh… – Raïsu resta muet un instant, après quoi il sourit – Ne vous en faites pas. Ce ne sera pas pour longtemps après tout.
- Hmm… Oui, tu as raison… Bon. Mettons mon plan en marche.



Plus tard, dans la soirée, Yasha fit venir Nataku, Saï, Aki et Hana dans la salle du trône, sans cependant prendre la peine de leur dire pourquoi…
Dès que les gardes qui les avaient accompagnés étaient sortis sur ordre du roi, la hyène s’avança d’un pas décidé.
- Qu’est-ce que tu nous veux? Nous ne faisons pas d’assez bon travail peut-être? – elle ricana.
- Hana, enfin – Saï tenta de la calmer.
- Je suis parfaitement satisfait de ce que vous faites – soupira Yasha.
- Alors?
- Écoutez, comme vous avez déjà du l’entendre, demain je me rends sur le continent.
- Hm, oui – acquiesça le rat – D’après ce qui se dit parmi les servants du palais, vous allez rencontrer un riche marchand pour signer un contrat avec lui.
- C’est ce qui se dit? – le roi regarda Raïsu, qui se tenait à coté de lui, d’un air assez amusé. Puis il posa ses yeux à nouveau sur les autres – Je vais bien voir “un riche marchand”, mais c’est loin d’être une demande de collaboration ou un contrat à signer. En réalité (…)

Yasha expliqua qui étaient exactement Narion et Vâreen, et comment le jeune garçon était venu ce matin lui demander de l’aide.
- Donc, si j’ai bien compris… – Hana s’arrêta un moment – tu y vas pour aider le renard argenté qu’t’as battu au cirque?! Mais t’es débile! On n’aide pas ses ennemis!
- Hana! – Saï ne savait plus quoi dire.
- Narion et Vâreen ne sont pas vraiment des ennemis – répondit calmement Yasha – C’étaient des adversaires dans un tournoi, mais c’est tout. Et puis, Aoï Kage avait fait des efforts pour que Narion ne regarde pas Vâreen comme son serviteur, mais comme son ami. Je pense que ça a réussi, alors ce serait idiot que ça parte en fumée à cause d’un type stupide comme l’est Aghalla.
- Hmmm – Hana afficha un large sourire malicieux – Finalement, ça m’plait! Mais pourquoi nous faire venir?
- Et bien je ne peux pas y aller sans escorte. Mais je ne peux pas emmener un bataillon quelconque pour ne pas dévoiler la raison réelle de ce voyage.
- Ah, j’ai compris! – Raïsu réalisa quel était le plan de Yasha – Vous voulez qu’ils deviennent la Garde Royale, n’est-ce pas? « sourire »
- C’est exact.
- La… la Garde Royale?! – Saï resta bouche bée – Mais ça fait partie des postes les plus élevés du royaume, non?! Je… ne pense pas en être digne…
- Je sais que je pourrais compter sur vous – le roi se leva, et il prit quatre boîtes empilées sur un des sièges à coté de son trône – Je l’avais déjà décidé juste après mon couronnement.

Yasha distribua les boîtes aux trois bêtes et au dieu. À l’intérieur de chacune d’entre elles, se trouvait un somptueux uniforme blanc aux finitions or et sang, fait sur mesure. Les habits étaient superbes, ornés de pierres précieuses, et arboraient le blason de Mahô: sur une plaque d’or, un espace rouge dans lequel on pouvait voir un “M” derrière lequel il y avait une bête au long corps, qui d’un coté avait une tête de phoenix noir, et de l’autre celle d’un serpent blanc.
- Ah! – s’exclama Hana en voyant que même elle avait une sorte de gilet adapté à son corps animal – C’est pour ça qu’un jour des artisans du château nous avaient demandé nos mensurations!
- C’est exact – Yasha fit un mouvement approbateur – Alors, acceptez-vous les postes?
- …Oui… – Nataku répondit le premier, comme d’habitude sans aucune émotion – Je vais…me changer… – et il sortit dans prévenir.
- Et vous? – le roi décida d’ignorer le comportement toujours aussi étrange de son “ami” et il se tourna vers les bêtes.
- Pourquoi pas? Ha ha ha! – la hyène semblait ravie.
- … - Aki acquiesça de la tête.
- Je… – Saï regardait d’un air indécis le magnifique uniforme plié dans la boîte – Cet uniforme, c’est bien trop pour moi… Je n’ai ni le physique ni la force ni l’intelligence pour être digne de le porter.
- Arrête ces conneries! – s’énerva Hana.
- Non, vraiment… – Saï referma la boîte.

Au même moment, Yasha donna un discret coup de coude à Raïsu, qui le regarda surpris. Le roi, d’un furtif mouvement de tête, lui indiqua la direction du rat. Alors le tigre, étonné, pointa du doigt sur lui-même avec un regard interrogateur. La réponse fut un signe affirmatif de la tête…

Alors que Hana réprimandait encore Saï, Raïsu s’approcha d’eux.
- Heu, Saï-san?
- Hm? Prince? – Saï le regarda, se demandant ce qu’il voulait.
- Euh… vous dites que vous ne méritez pas cet uniforme… Moi je trouve que c’est faux.
- Pardon?
- Et bien… au cirque, je vous ai vu inquiet pour moi… Et puis vous nous avez toujours aidés, pour quoi que ce soit. Et vous ne vous êtes jamais plaint. Alors, heu… – il cherchait les mots justes – Même si vous dites n’être ni beau, ni fort, ni intelligent, je trouve que quelqu’un d’aussi généreux et gentil que vous mérite cet uniforme mieux que quiconque – finit-il par dire avec un sourire chaleureux.

Il eut un long moment de silence, pendant lequel Saï regarda Raïsu. Finalement, il détourna la tête, semblant vouloir cacher qu’il était touché.
Il tira du nez, après quoi il se tourna de nouveau vers le prince.
- D-D’accord. J’accepte.


Maintenant que Yasha avait la garantie que Narion l’accompagnerait, ainsi qu’une garde privée, il ne restait plus qu’une chose à régler… Et pas des plus agréables.
Raïsu sentit son malaise, alors il lui sourit gentiment.
- Vous devriez aller voir Melody-san tout seul.
- Tu crois?
- Oui. Ne vous en faites pas.



Ayant entendu que Yasha voulait la voir, c’est avec une joie immense que la concernée accourut au plus vite. Elle le retrouva dans la salle du trône, que les bêtes avaient quittée entre temps…
- Yasha! – elle s’approcha de lui d’un pas rapide – Qu’est-ce que je peux faire pour toi? « sourire »
- Hm… Alors voila, Melody… Je vais me rendre à Sylla demain. Il faut que j’aille chez le marchand Sez, et je passerai certainement quelques jours là-bas, mais…
- Tu veux que je vienne?! – son visage s’illumina – Bien sûr! Oh, Yasha, je suis si heureuse!
- Eh… oui, bon, c’est juste au cas où je ne pourrais pas rester chez Sez…
- Oui, oui, oui! Mon père sera heureux de te revoir! (…)
- Heu… Melody?
- (…) et puis nous allons organiser une petite fête pour toi! Et (…)
- Melody, tu m’écoutes?
- (…) puis mes amies viendront toutes, je pourrais te les présenter, et puis encore (…)
- Pff, elle ne m’écoute même pas… – Yasha faisait abstraction du flot de paroles insoutenable que débitait la jeune fille – J’espère que je vais tenir le coup…

COMMENTAIRE(S)

Il n'y a pas encore d'avis de déposé, soyez le premier à le faire !!

Pour noter et laisser des avis sur les fiches vous devez être membre,
ceci est GRATUIT et RAPIDE, n'hésitez pas à vous inscrire.

FICTIONS DE KONOÏ

PROFIL DE KONOÏ

RECHERCHE DE MEMBRES

#
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

RÉSEAUX SOCIAUX

PUBLICITÉS

MANGA EXCHANGE

Echangez vos bannières gratuitement avec Geneworld grâce à Manga Exchange

LES RECHERCHES LES PLUS POPULAIRES

  Grabouillon    Galactik football    Skip beat !    Yahari ore no seishun love come wa machigatteiru.    The arms peddler    Kiba    Sam le pompier    Sexe et magie noire    Hanazono merry go round    .hack//G.U.    Astérix et cléopâtre    Seven deadly sins    Rex fabula    Mes parrains sont magiques    Shingeki no kyojin  
Geneworld.es Geneworld.fr Geneworld.net - Fighting cards - Anime Covers - Manga Exchange - Hentaï Exchange - Mangavortex - Anoukis Shop - Pavillon Noir
Site membre du réseau Enelye - Copyright © 2004-2018, Anoukis Multimedia