Pseudo :Mot de passe :Retenir Oublié ?
Geneworld.net
Certaines fonctionnalités du sites sont réservées aux membres Enelye.
Afin de profiter pleinement de celui-ci n'hésitez pas à créer un compte, c'est gratuit et rapide !
AccueilGénériquesManga / AnimesSortiesCollectionsDessins / FictionsCulture d'asieBoutiquesRecherche Recherche

SUIVEZ GENEWORLD !

Sur FacebookSur Facebook
Sur TwitterSur Twitter
Sur GoogleSur Google
Geneworld.net>Fan-fictions>Naikkoh>Tales of Symphonia - Ce que nous dicte le coeur- Partie I

01 - LA HARPIE ET SA PROIE PAR NAIKKOH

Bon alors ceci est un essai de fic sur Tales of Symphonia. Si c’est mauvais dites le moi tout de suite et je me cantonnerais au dessin. J’ai pas l’habitude de faire ce genre de chose mais là ils viennent d’annuler nos exams à la fac et cette histoire me trotte dans le tête depuis un petit moment. ToS est un jeu que j’adore, je pourrais y jouer longtemps sans m’en lasser surtout avec les délires qu’on a sur ce jeu avec Ecumeur des mers et Préséa Combatir. J’aimerais aussi beaucoup jouer avec Colette Brunel mais vu l’éloignement de nos foyers respectifs ça n’est malheureusement pas possible (mais on pense très fort à toi Coco quand on joue et que ton perso est dans « l’équipe qui gagne » : Sheena, Génis, Préséa et Colette ^_^).

Les personnages sont tous ceux de l’histoire, si vous ne connaissez pas, je vous invite à aller voir mon blog qui stocke sur le net toutes les images de ToS que j’avais sur l’ordi et qui prenaient trop de place, ou sur le site officiel de ToS. Pour les couples…je vais pas tout vous dire non plus^^.
Pour situer le début de l’action nos héros ont découvert les effets que le cristal du Cruxis que porte Colette ( il s’agit de l’Angelus Crystalus Officinalis Chronique), sont en train de la transformer ; Kuchinawa travaille pour le pontife ; Corrine est morte ; une bonne partie de Sylvarant est détruite et tout le monde est retourné sur Tésséha’lla pour essayer de sauver Colette. Je ne vais pas tout à fait respecter le déroulement du scénario mais quand on écrit des fanfics on fait un peu ce qu’on veut non ?

___________________


Un endroit sombre…un bruit de vent lugubre…une forêt probablement. Une petite fille d’à peine 4 ans erre dans les méandres sans fin de chemins jonchés de ronces. Terrifiée, elle jette sans cesse des regards de tout cotés faisant voler autour d’elle sa tignasse de cheveux noirs. Elle appelle…quelqu’un…mais impossible de savoir qui…
Quelque chose se rapproche, la fillette terrorisée se met à courir…mais elle ne bouge pas d’un pouce. Pourtant elle court de toute la force de ses petites jambes et cependant le paysage défile, égal à lui-même, sans qu’elle ait parcouru seulement un mètre. La chose qui la poursuit se rapproche, se rapproche, et l’enfant essaye de courir plus vite ! Elle sent son souffle derrière elle, toujours plus prés. Autour d’elle les bruissements dans la forêt se font de plus en plus oppressant et elle n’ose pas se retourner pour voir ce qui la suit !
Plus que quelques mètres et elle se fera rattraper par son poursuivant. Des larmes de terreur coulent sur ses joues. Plus qu’un mètre. La fillette trébuche. La chose est sur elle, et l’enfant, les yeux agrandis de terreur, ouvre la bouche sur un cri qui ne sortira jamais…

-------
Sheena se redressa sur son lit, le cœur battant la chamade, en sueur. Depuis combien de temps n’avait-elle plus fait ce cauchemar? Depuis qu’elle avait eu Corrine pour amie se souvint-elle. La présence de l’esprit originel crée par la magitechnologie avait eu le don d’apaiser ses nuits jusqu’alors agitées.
Ce rêve, ou plutôt ce cauchemar, elle le faisait chaque nuit depuis environ 15 ans. Cela remontait à l’époque où le chef du village caché de Mizuho avait recueillit une pauvre petite orpheline aux abords de l’entrée de la forêt de Gaorrachia. Enfin orpheline supposée, puisque l’enfant n’avait pu révéler où se trouvaient ses parents et ce qu’elle faisait ici. Le chef l’avait alors élevé comme sa petite fille malgré les réticences des habitants du village. Avec le temps, ils s’étaient habitués à sa présence et avaient fini par l’accepter comme un membre à part entière de leur communauté. L’orpheline en question s’était elle, Sheena Fujibayashi, capable d’invoquer les esprits originels permettant aux deux mondes, Sylvarant, le monde en déclin, et Tésséha’lla, le monde prospère, d’être liés l’un à l’autre. Mais Lloyd et ses amis avaient bouleversé le cours des choses en débarquant à Tésséha’lla. Ses certitudes avaient été balayées et à présent elle luttait à leurs cotés afin de créer un monde plus juste, un monde uni dans lequel Sylvarant et Tésséha’lla n’aurait plus besoin de se disputer le mana pour survivre.
Elle avait cru en l’idéal de Lloyd et avait été conquise par la gentillesse de Colette, l’élue de la régénération de Sylvarant. L’élu de Tésséha’lla était vraiment tout le contraire, se dit-elle en pensant à cet imbécile de Zélos.

Sheena soupira. Ca ne servait à rien de ressasser ce genre de chose et le vide laissé par la mort de Corrine se fit ressentir d’autant plus cruellement que ce maudit rêve venait à nouveau la tarauder. Elle se leva avec précaution, essayant de faire le moins de bruit possible. De l’autre côté de la pièce, elle entendait la respiration saccadée de Colette qui dormait. Elle souffrait visiblement bien plus qu’elle ne voulait le dire ou le laisser paraître.
« Comme d’habitude », songea Sheena en la regardant dormir.
Qui aurait pu croire que derrière ce corps frêle se cachait une si grande abnégation et force de caractère ? Elle remonta la couverture qui avait glissé sur Colette et caressa doucement son front.
-Ne t’inquiètes pas. Tu vas t’en sortir. Lloyd et Raine seront bientôt de retour avec de quoi te soigner, murmura-t-elle.
Au nom de Lloyd, l’intéressée émit un petit gémissement et se retourna contre le mur.
Sheena se dirigea vers la fenêtre et l’ouvrit. L’air frais de la nuit de Meltokio vint envahir la chambre d’auberge située sous les toits, qu’ils avaient loué la veille. Bien qu’ils soient encore recherchés par les hommes du Pontife, Zélos avait tellement d’admiratrices que la patronne de l’auberge, qui en faisait parti, n’avait fait aucune difficulté pour les cacher quelque temps. Elle se demandait vraiment comment toutes ces femmes pouvaient tomber sous le charme d’un abruti pareil… Il était tellement arrogant et prenait un malin plaisir à la faire tourner en bourrique ! Rien que d’y penser, Sheena sentit la moutarde qui lui montait au nez et le ronflement sonore de l’élu qui venait de la pièce voisine ne faisait qu’aggraver son ressentiment. Les coudes appuyés sur le rebord de la fenêtre et le menton reposant sur ses mains, elle repensa au départ de Lloyd et Raine le matin même.
«Dépêchez vous de revenir… »
Ses pensées se tournèrent alors vers Corrine…
-Corrine, qu’est ce que je peux faire pour aider Colette ?...Si seulement tu étais là … soupira-t-elle.

Le lendemain matin, les locataires de chambres prenaient le petit-déjeuner dans la grande salle commune de l’hôtel.
"Oh non, grimaça Zélos, encore du porridge ! J’ai vraiment horreur de ça !
-Arrête de te plaindre, lui répondit Génis du tac au tac. Faut toujours que tu la ramènes hein ?
-Que veux-tu nabot, on n’a pas les mêmes exigences voilà tout. Bon moi, il est hors de question que je mange de cette chose.
-Tu feras comme tout le monde Zélos. Les autres ne se plaignent pas que je sache !
-Regarde un peu avorton et apprends…"
Puis il se tourna vers la serveuse et d’un mouvement de ses cheveux flamboyants, lui adressa son sourire le plus aguicheur :
"Dites-moi jeune beauté, n’y aurait-il pas autre chose que vous pourriez me servir ? Je me sens un peu ballonné pour manger du porridge.
-C’est que nous n’avons rien d’autre monsieur Zélos, répondit-elle en rougissant. Les hommes du Pontife effectuent un barrage aux portes de la ville et inspectent minutieusement tous les chariots. L’approvisionnement est de ce fait considérablement ralenti… et…
-Comme c’est dommage, je ne pourrais alors pas vous inviter dans un restaurant à la hauteur de votre beauté si vous me dites que la ville est affamée", fit Zélos d’un air faussement contrit.
La serveuse se mit à rougir plus fort et Génis poussa un soupir exaspéré accompagné d’un « non mais vraiment… ».
-Ecoutez je vais voir ce que je peux faire ajouta-t-elle en tordant son tablier entre ses mains, je reviens tout de suite monsieur Zélos.
Zélos la regarda partir en courant à l’autre bout de la salle et croisa le regard réprobateur de Génis.
"Et ben quoi ! C’est quand même pas ma faute si je suis un charmeur né ! Puisqu’elle veut gentiment prendre en considération ma demande, je ne vois pas pourquoi je devrais me priver !
-Ben voyons, railla Génis. Arrête, tu vas me faire pleurer…
-Tu es jaloux, nabot parce que tu n’as pas ma prestance voilà tout, fit Zélos avec un air outré.
-Moi ? Jaloux ?... et de toi ? Non mais t’es malade ! Et cesses de m’appeler nabot, chochotte !
-Nabot !
-Chochotte !
-Na-bot !
-Femmelette !
-Nabot, nabot, nabot, nabot !
-Tu vas la boucler espèce de…
-Du calme vous deux, intervint Régal. Vous allez finir par trop attirer l’attention sur nous."
Zélos et Génis se rassirent au fond de leur chaise l’air boudeur et hautain, tirant à Régal un petit sourire moqueur. « Ah, ces jeunes », pensa-t-il.
Egale à elle-même Préséa resta étrangère à cette agitation puérile et semblait perdue dans ses pensées. Elle évaluait mentalement les possibilités de sorties en cas d’attaque et notait avec minutie les moindres détails de l’arrangement de la pièce. Comme si il avait lu dans ses pensées, Régal se tourna vers elle et lui fit signe de se détendre. Il ne leur arriverait rien ici.

La jolie serveuse que Zélos avait draguée, revint quelques instants plus tard avec un plateau sur lequel était posé un café fumant ainsi qu’un croissant avec un peu de confiture aux airelles.
"Voilà, de la part de la patronne monsieur Zélos, fit-elle les mains légèrement tremblantes lorsque le regard de l’élu se posa sur elle.
-Merci ma jolie", lui répondit-il avec un sourire enjôleur.
La serveuse balbutia un remerciement et s’éloigna afin de cacher sa gêne.
Zélos, se frottant les mains allait entamer son petit-déjeuner lorsque une voix bien connue retentit du haut de l’escalier.

"ZEEEELOOOOOOOOOOOSSSSSSSS !!!! cria une Sheena en mode furie
-Qu’est ce qu’il y a ma toute belle, tenta un Zélos-pas-rassuré-du-tout.
-JE-NE-SUIS-PAS-TA-TOUTE-BELLE, ESPECE DE VOYEUR", martela-t-elle.
Les gens dans la salle commune se firent tout petit, certains se dirigèrent même vers la sortie, redoutant le grabuge.
Descendant avec colère les escaliers, Sheena se dirigea d’un pas décidé et prometteur d’une bonne raclée, vers le groupe. Zélos de tassa un peu sur sa chaise et essaya de se donner une contenance. La jeune femme attrapa la tasse de café encore chaude et, d’un geste, la lui renversa dessus.
-AAAAÏÏ-EUH ! C’est brûlant ! Mais tu es devenue folle ma parole !
Sans un mot, elle fourra le croissant dans la bouche de Zélos qui avait l’air bien ridicule.
Génis et Régal se mirent à pouffer, contenant difficilement leur sérieux devant le comique de la situation. Même Préséa esquissa un petit sourire.
"Voilà qui t’apprendras à venir me regarder sous la douche sale pervers !
-Hé hon hoyons hé pas he que hu hois ! (mais non voyons c’est pas ce que tu crois)
-Pardon mais j’ai pas bien entendu là, fit Sheena en fronçant les sourcils.
-Je crois que tu devrais lui enlever le croissant de la bouche", suggéra alors Régal essayant de garder un minimum de contenance.
Génis quant à lui y avait renoncée et rigolait jusqu’aux larmes sous le regard amusé de Préséa.
Sheena extirpa le croissant de la bouche de l’élu de Tésséha’lla.
-Merci Régal.
Puis se tournant vers Sheena il ajouta :
"Je ne vois pas ce que tu me reproches Sheena. J’étais ici, en bas, en train de faire une démonstration à Génis de mes talents innés de charmeurs…et puis même si c’était moi le coupable de la chose dont tu m’accuses…euh… c’était quoi déjà ?
-Tu étais en train de me mater sous la douche !!!! Et il n’y a que toi ici qui a l’esprit assez vicieux pour ça !! lui répondit Sheena hors d’elle.
-Ah oui. Et bien disais-je, si c’était moi le coupable, je n’aurais pas été assez maladroit pour que tu remarques ma présence ma puce… et puis bon je sais déjà parfaitement comment tu es foutue…oups ! Bavure ! Euh non c’est pas ce que je voulais dire ! C’est juste que…enfin tu vois, quoi… c’est pas difficile d’imaginer ce qui se cache derrière tes vêtements… Non c’est pas ça oublie… je veux juste dire que…
-Arrêtes Zélos, tu t’enfonces là, arriva à articuler Génis entre deux crises de fou rire.
-…", fit Zélos devant la harpie qui s’avançait vers lui.
Maladroitement, il essaya de fuir et tenta une sortie sous la table.
-ZELOOOOOOOOOOOS JE VAIS TE BUTER !!!!! rugit Sheena.
Celui-ci ne demanda pas son reste, et sous l’hilarité générale, pris ses jambes à son cou.
"Reviens ici tout de suite Zélos ! C’est un ordre !
-Compte là-dessus vilaine sorcière ! "lui lança Zélos par-dessus son épaule sans cesser pour autant de courir, Sheena sur ses talons.

Ils étaient encore en train de rire lorsqu’une petite voix endormie leur fit tourner la tête.
"Qu’est ce qui se passe ici ? demanda une Colette en train de se frotter les yeux.
-Colette ! s’exclama Génis, est-ce que tu vas mieux ?
-Mais oui, répondit-elle en leur adressant à tous les trois un petit sourire, je me demandais juste qu’est ce que c’était que tout ce bruit…
-Zélos est devenu la proie d’un monstre assoiffé de vengeance, annonça Préséa avec un grand sérieux.
-Hein ?!
-Ce que Préséa veut dire, expliqua Génis à Colette, c’est que notre cher Dom Juan va en prendre pour son grade.
-Sheena va lui passer un savon, ajouta Régal, …enfin dés qu’elle l’aura attrapé et je ne donne pas cher de sa peau. Tout ça à cause de ses vilaines manies, inconvenantes pour un gentleman… soupira-t-il.
-Oh je vois, dit Colette.
-Tu veux manger quelque chose ? lui demanda Régal
-Non merci je n’ai pas très faim…
-Tu devrais quand même te forcer un peu, ça n’est pas bon de rester le ventre vide lorsqu’on est souffrant…", lui reprocha-t-il gentiment.
Colette hocha la tête en signe d’assentiment ; elle ne voulait pas qu’ils s’inquiètent pour elle.
Quelques instants plus tard, ils étaient en train de deviser gaiement autour de leur petit-déjeuner, Génis racontant en détail la déconvenue de Zélos, accompagnée de mimiques.
Colette rit de bon cœur à son imitation et oublia pendant un moment que Lloyd n’était pas avec elle. Elle détestait lorsqu’elle était comme ça. Elle voulait être forte pour ne pas être un boulet pour le groupe et surtout pour lui, mais elle était angoissée dès qu’il n’était pas à ses cotés.
"Au fait, intervint Régal, la tirant de sa réflexion, c’est quand même bizarre…
-Quoi donc ? lui répondit-elle.
-Et bien Zélos est descendu en même temps que nous dans la salle commune et n’est remonté à aucun moment. Comment as-t-il pu espionner Sheena ?
-Ca c’est sur, vu qu’il était trop occupé à faire du charme à la serveuse pour avoir un traitement de faveur. Mais connaissant Zélos, du moment qu’il s’agit d’espionner les filles, je ne doute pas qu’il ait la capacité de se dédoubler pour être à plusieurs endroits à la fois, ajouta Génis.
-C’est…bizarre… renchérit Préséa.
-N’allez chercher midi à quatorze heures tous les deux, leur conseilla Génis en haussant les épaules, et puis même si pour une fois, ce qui m’étonnerais beaucoup, il était blanc comme neige, ça ne lui fera pas de mal de se faire botter les fesses.
-Bah…tu as sans doute raison Génis", acquiesça Régal.

Zélos courait depuis un petit moment à travers les ruelles sombres du quartier défavorisé de Meltokio lorsqu’il jugea qu’il avait mis assez de distance entre lui et sa poursuivante. Il s’adossa un moment contre un mur d’aspect poisseux et tenta de reprendre son souffle.
-Eh bien mon vieux Zélos, tu l’as encore échappé belle cette fois-ci, pensa-t-il en massant son point de côté.
Il risqua un œil au coin de la rue, au cas où Sheena le suivrait toujours mais il ne vit personne ressemblant de prés ou de loin à la jeune habitante de Mizuho. Seuls quelques pauvres hères le dévisageaient avec insistance, se demandant comment quelqu’un d’aussi belle mise s’aventurait dans ces quartiers malfamés de la ville. Se sentant vite mal à l’aise, Zélos continua son chemin, essayant de se repérer dans le méandre des ruelles et des habitations.
-Zut, je crois que je me suis un peu perdu…faut dire que je ne viens jamais ici…Bah je vais bien trouver quelqu’un à qui demander.
Chemin faisant, il essayait de trouver une explication rationnelle à la colère de Sheena. Certes, il avait tendance à suivre ses pulsions masculines plutôt que sa raison mais cette fois-ci il n’y était pour rien…Elle avait dû rêver ou alors il n’était pas le seul à trouver ses formes dignes d’intérêt.
Perdu dans ses pensées, il ne remarqua pas tout de suite l’ombre furtive qui le suivait. Et ce ne fut qu’au bout d’une heure à tourner en rond qu’il s’aperçut que quelque chose ou quelqu’un collait à ses pas. Continuant sa route comme si de rien n’était, il plongea soudainement derrière un tonneau à moitié défoncé, et, tirant sa dague de son fourreau attendit son agresseur de pied ferme. De sa cachette, il pouvait voir l’ombre que celui-ci projetait sur le mur. Tous ses muscles étaient tendus prés à se détendre d’un seul coup et à bondir sur son adversaire, créant ainsi un bon effet de surprise. Il attendit que l’ombre soit assez proche et jaillit hors de sa cachette tel un diable hors de sa boite. L’ombre dissimulée sous une grande cape marron poussa un cri aigu de terreur lorsqu’il pointa son arme à la hauteur de sa gorge et se laissa glisser à terre, tremblante.
D’un geste brusque, Zélos tira la cape en arrière laissant apparaître à la lumière glauque de la rue un jeune visage parfaitement maquillé, encadré de boucles blondes.
-Diane ! Que faites vous ici ?s’exclama l’élu, stupéfait de voir une des louloutes de son fan-club dans un endroit aussi sordide.
"Mai…maître Zélos, bredouilla-t-elle.
-Allons, allons calmez vous voyons.
-Ou…oui."
Mais elle n’avait pas l’air de vouloir se calmer, au contraire. Son corps était encore agité de soubresauts, suite à l’attaque surprise de Zélos. Et encore heureux que celui-ci ne l’ai pas blessée…
Zélos l’aida à se relever et la forçant à le regarder, planta ses yeux bleus dans ceux de la jeune femme.
-C’est fini Diane, vous n’avez plus à vous inquiéter, je suis là. Tout va bien…, lui dit-il d’une voix douce.
Celle-ci consentit enfin à se calmer et raconta à Zélos combien elle s’était fait du souci pour lui depuis qu’il était recherché par les hommes du Pontife. Elle ne comprenait pas comment cela avait pu se produire. L’Elu et le Pontife ne devaient-ils œuvrer de concert afin de maintenir l’ordre sur Tésséha’lla ? Que voulait dire cette histoire de trahison ? Elle ne pouvait pas croire que l’Elu du Mana avait commis les crimes qu’on lui imputait. C’était forcement une erreur…
-Alors quand je vous ai aperçu courant en direction des bidonvilles, j’ai voulu en avoir le cœur net…Ce n’est pas vrai n’est ce pas ?fit-elle le menton tremblant.
-Et vous que croyez vous ? répliqua-t-il en le lui prenant.
-Je suis sure que cette histoire de trahison est un malentendu, dit-elle avec une petite voix déterminée.
Zélos lui rendit son sourire le plus enjôleur et, entourant ses épaules de son bras entreprit de retrouver la sortie.


COMMENTAIRE(S)

Il n'y a pas encore d'avis de déposé, soyez le premier à le faire !!

Pour noter et laisser des avis sur les fiches vous devez être membre,
ceci est GRATUIT et RAPIDE, n'hésitez pas à vous inscrire.

FICTIONS DE NAIKKOH

PROFIL DE NAIKKOH

RECHERCHE DE MEMBRES

#
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

RÉSEAUX SOCIAUX

PUBLICITÉS

MANGA EXCHANGE

Echangez vos bannières gratuitement avec Geneworld grâce à Manga Exchange

LES RECHERCHES LES PLUS POPULAIRES

  Sexe et magie noire    Mes parrains sont magiques    Skip beat !    Rex fabula    .hack//G.U.    Yahari ore no seishun love come wa machigatteiru.    Grabouillon    Galactik football    Hanazono merry go round    Astérix et cléopâtre    Sam le pompier    The arms peddler    Kiba    Seven deadly sins    Shingeki no kyojin  
Geneworld.es Geneworld.fr Geneworld.net - Fighting cards - Anime Covers - Manga Exchange - Hentaï Exchange - Mangavortex - Anoukis Shop - Pavillon Noir
Site membre du réseau Enelye - Copyright © 2004-2018, Anoukis Multimedia