Pseudo :Mot de passe :Retenir Oublié ?
Geneworld.net
Certaines fonctionnalités du sites sont réservées aux membres Enelye.
Afin de profiter pleinement de celui-ci n'hésitez pas à créer un compte, c'est gratuit et rapide !
AccueilGénériquesManga / AnimesSortiesCollectionsDessins / FictionsCulture d'asieBoutiquesRecherche Recherche

SUIVEZ GENEWORLD !

Sur FacebookSur Facebook
Sur TwitterSur Twitter
Sur GoogleSur Google
Geneworld.net>Fan-fictions>Naikkoh>Tales of Symphonia - Ce que nous dicte le coeur- Partie I

07 - FUITE ET AVEUX PAR NAIKKOH

Et ce fut au milieu de la nuit que trois silhouettes encapuchonnées quittèrent l’auberge. La plus grande soutenant la moyenne et la plus petite ouvrant le marche. Elles atteignirent un des murs d’enceinte de la ville et deux cordes munies de grappins s’élancèrent vers le ciel noir. Les trois silhouettes se figèrent lorsque les crochets métalliques agrippèrent le rebord de pierre avec un cliquetis mat, guettant le moindre bruit dans la ville endormie qui aurait pu leur faire croire qu’elles avaient été repérées. Puis elles se mirent en mouvement et entreprirent d’escalader la paroi verticale. L’ascension dura plusieurs minutes. La descente de l’autre coté fut plus aisée et ils atterrirent doucement dans l’herbe avant de s’enfoncer rapidement dans la profondeur de la nuit, ne laissant aucune trace de leur passage.

Depuis la fenêtre ouverte, Zélos et Préséa avaient suivit la progression de leurs compagnons jusqu’à ce qu’ils disparaissent de leur champ de vision.
-Les voilà partis, dit Préséa. Espérons qu’ils arriveront à destination sans encombre et le plus rapidement possible.
-Oui…espérons, fit Zélos dans un murmure, les yeux perdus au loin.
Un râle de Sheena lui fit tourner la tête. Il s’approcha du lit où elle reposait et bassina avec précaution ses tempes brûlantes de fièvre avec de l’eau fraîche, sous le regard perplexe de Préséa.
Ça n’était pas dans ses habitudes de s’inquiéter pour les autres de la sorte. D’ordinaire il n’y en avait que pour sa petite personne… Dans son regard, elle pouvait lire la complexité de ses émotions. Quels étaient les sentiments qu’il éprouvait pour la jeune invocatrice ? Que s’était-il vraiment passé dans les égouts pour qu’un tel changement ait pu opéré en lui ? Pas plus tard que ce matin, il était toujours autant imbu de lui-même…

La combattante à la hache, posa un regard bienveillant sur les deux jeunes gens, repensant à la période où elle avait était privée de ses émotions à cause du cristal du Cruxis qu’elle portait sur elle. Instinctivement, elle porta la main à son cou et effleura la pierre polie rouge incrustée dans un montant en or. Ce cristal ou exsphère, permettait de décupler ses capacités au combat et sans lui, tous autant qu’ils étaient, seraient morts il y a bien longtemps. Cependant le prix à payer était lourd. En effet, une exsphère était fabriquée à partir d’âmes humaines et en avoir une était un grand privilège et pourtant un si lourd fardeau… Cobaye pour des recherches expérimentales sur le sujet, sa jeune sœur Alicia avait été transformée en monstre. Une exsphère sans serti-clé, dont seul les nains connaissait le secret de fabrication, était inutilisable et avait des conséquences désastreuses sur le corps du porteur. Elle agissait comme une espèce de parasite, le « dévorant » de l’intérieur. Alicia n’étant plus d’aucune utilité, les chercheurs, sous les ordres du Pontife, s’étaient rabattus sur l’autre sœur de la famille Combatir, elle, Préséa. Sur elle les expériences avaient pris une tournure inattendue : le cristal avait arrêté sa croissance et elle avait à présent l’apparence d’une adolescente de 12-13 ans alors que 28 ans de sa vie s’était écoulés déjà ! Et pour couronner le tout, elle s’était retrouvée privée de ses émotions, emprisonnée à l’intérieur de son propre corps ! Elle avait eu beau crier, hurler, personne ne l’entendait… . Jusqu'à ce que Lloyd et ses amis arrivent et lui ôtent cette maudite malédiction. Sans eux, elle ne serait toujours qu’une coquille vide en apparence. Sa gratitude à leur égard était sans borne et elle n’avait de cesse, par son dévouement à leur cause, de rembourser sa dette. Il lui restait encore tant de choses à découvrir du monde extérieur dont elle avait été si longtemps privée…En aurait-elle seulement le temps ?

Elle sourit en repensant au trouble qu’elle provoquait chez Génis. C’est vrai que son apparence était trompeuse, difficile de blâmer le petit magicien. Elle ressentait beaucoup de tendresse à son égard. Il avait déployé tellement d’effort pour la faire sourire et lui montrer la joie d’être vivante. Lui, tenait son exsphère de Marble, une vieille humaine détenue dans une ferme humaine à coté de son village « natal », Isélia, sur Sylvarant. Sa sœur, Raine en possédait également une mais sa provenance était inconnue. En tant qu’élus du mana, Zélos et Colette détenaient un cristal du Cruxis, une exsphère particulière, semblable à celle qu’elle portait, mais qui leur permettait de se transformer en ange et de briser les sceaux de mana. D’eux deux, seul Colette avait le statut d’ange car elle avait accompli le périple de la régénération sur Sylvarant, le monde en déclin. Chaque sceau ouvert avait abouti à lui faire gagner une faculté d’ange mais en même temps, lui faisait perdre une partie de son humanité. Elle s’était alors retrouvée comme Préséa réduite à l’état de conscience, enfermée dans son propre corps. Là encore, Lloyd l’avait sauvé de cette terrible condition, sans hésiter, aidé par l’exsphère contenant l’âme de sa mère qu’il n’avait jamais connu.
Si il avait fallu mourir pour Colette, il l’aurait fait sans nul doute, pensa-t-elle.
En fait, du groupe, seul Régal ne possédait pas d’exsphère. Cependant, cela n’altérait en rien ses capacités de combattant et il était loin d’être un boulet, bien au contraire. Sa volonté inébranlable de racheter ses pêchés était tout ce qui le faisait avancer.

Zélos sorti la jeune fille de sa rêverie :
-Pourrais-tu aller chercher de l’eau s’il te plait ?
-Bien sur.
Préséa pris la bassine qu’il lui tendait et sortit de la chambre, laissant Zélos et Sheena seuls.

Une fois la jeune fille aux couettes roses partie, Zélos s’assis à même le sol et posa sa tête sur le rebord du lit.
Tout ceci était entièrement de sa faute. Il se sentait tellement coupable. Si seulement il n’avait rien dit et ne l’avais pas déconcentrée, elle n’en serait pas là maintenant, à lutter pour sa vie.
Les marbrures bleues prenaient petit à petit de l’ampleur et couvraient à présent la totalité de son ventre et de son bras gauche. Sheena respirait de façon saccadé et avec de plus en plus de difficulté. Zélos enfouit sa tête dans les draps et serra les poings. Kuchinawa allait payer !
Soudain il redressa la tête.
Une petite minute ! Depuis quand est ce qu’il pensait comme ça ? Lui, Zélos Wilder, le tombeur de ces dames, celui qui ne s’attachait jamais… pourquoi ressentait-il le besoin de prendre soin d’elle, de la protéger ? Il ne se l’expliquait pas…
-Pourquoi ? Pourquoi est ce que quand je la voie ainsi, si vulnérable, j’ai envie de la prendre dans mes bras ? Pourquoi ai-je envie qu’elle n’appartienne qu’à moi ? murmura-t-il pour lui-même.
« Parce que à chaque fois que tu la taquinais, c’était pour attirer son attention. Parce que tu ne la considères pas comme les autres membres du groupe quoique tu veuilles bien en dire. Parce qu’un seul de ses sourires fait chavirer ton cœur. Parce que jouer ce rôle de séducteur te pèse à présent et que tu voudrais te montrer à elle tel que tu es, à des années lumière du baratineur que tout le monde connaît… » résonna une petite voix dans sa tête.
Zélos secoua tristement la tête, devant l’évidence qui se présentait à lui.
-Tout était si simple en moi avant que je te connaisse tu sais ?dit-il doucement en lui caressant une mèche de cheveux. Maintenant c’est si confus… J’ai beau essayer de conserver mon masque en public, mais j’ai de plus en plus de mal…Y a rien qu’à voir tout à l’heure comme je me suis précipité quand tu t’es effondrée… J’ai bien cru que mon cœur allait s’arrêter…
Il partit d’un petit rire nerveux.
-Qu’est ce que je vais faire maintenant ? Me voilà dans de beaux draps…mmmh… soupira-t-il. Qu’en penses-tu Sheena ?
Celle-ci se contenta de gémir et de s’agiter. Sa chevelure d’un noir de jais auréolait son visage, tranchant avec la pâleur de ses traits et la blancheur de l’oreiller. Elle ressemblait en cet instant, aux princesses des contes pour enfants qui sont profondément endormies à la suite d’un maléfice jeté par une méchante sorcière et dont seul le baiser d’un prince charmant pourrait les en tirer. Zélos se releva. Il escalada le lit et se pencha au dessus de la jeune femme.
-Que faut-il que je fasse Sheena ? chuchota-t-il.
Il la fixa intensément. Son cœur bondissait dans sa poitrine et faisait un bruit de tous les diables. Sans pouvoir se l’expliquer, il avait une folle envie de l’embrasser.
-Et si je t’embrasse là, maintenant, vas-tu te réveiller, belle endormie ? Serais-je ton prince charmant ? dit-il dans un murmure en rapprochant son visage du sien et en caressant du doigt ses joues brûlantes de fièvre.
Le temps semblait suspendu dans la pièce. Troublé comme si il s’apprêtait à donner son premier baiser, Zélos n’osait respirer de peur de rompre le charme. Ce fut Préséa qui s’en chargea pour lui.

-Hmm-Hmm …Tes compagnes te réclament en bas Zélos, annonça-t-elle, les mains encombrées par la bassine d’eau.
Zélos ferma un instant les yeux, visiblement contrit d’être dérangé ainsi et d’être pris en flagrant délit dans une position pour le moins compromettante.
-J’arrive tout de suite Préséa, dit-il en rouvrant les yeux et en recomposant un visage où toute trace de dépit avait disparu.
Il esquissa une caresse en direction du visage de l’invocatrice mais se ravisa, suspendit son geste et fit volte-face précipitamment.
-Et bien, et bien ! Que me veulent donc ces charmantes demoiselles ? lança-t-il d’un ton qu’il voulait détaché.
Il traversa la pièce à grandes enjambées et passa devant Préséa sans la regarder.
«Ne pas craquer… pas maintenant… ne te retourne pas… tu dois tenir ton rang Zélos…personne ne doit soupçonner… personne…» pensa-t-il, les yeux fixés droits devant lui.
Pourtant, il n’aspirait qu’à rester auprès de Sheena et partit, en fin de compte, à contre coeur.
Restée seule dans la petite chambre, Préséa percevait des bribes de conversations qui montaient de la salle commune. Zélos devait essayer de rattraper le coup avec ses louloutes à propos de la façon dont il les avait laisser tomber tout à l’heure, pensa-t-elle. Elles les entendaient qui minaudaient à présent mais étrangement, elle eut l’impression que l’Elu ne prenait pas part à la discussion.

Tout le monde dormait du sommeil du juste à présent. Pas un bruit ne venait troubler le repos des locataires des chambres, hormis quelques ronflements sonores et miaulement de chats.
Tout le monde dormait … sauf Zélos. Allongé dans son lit, les mains derrière la tête, il ne parvenait pas à chasser de son esprit les images des évènements de la journée… et surtout celles concernant Sheena. Il essayait vainement de trouver un sens à sa conduite et aux sentiments confus qu’il ressentait pour elle. A ses cotés, Diane, avec qui il partageait sa couche, vint se blottir contre son flanc en soupirant d’aise. Zélos se dégagea doucement de son étreinte et s’assit au bord du lit en se prenant la tête dans les mains. Plus il essayait de chasser la jeune invocatrice de ses pensées, plus elle revenait, blessée et livide, étendue sur son lit.
Au bout de quelques minutes qui lui parurent interminables, il se leva, s’habilla en silence et sortit de la pièce en prenant bien soin de ne pas réveiller Diane. Il referma délicatement la porte et s’immobilisa, aux aguets. Non, personne ne semblait être réveiller en cette heure tardive. « Tant mieux » pensa-t-il.
Sans qu’il s’en rende tout de suite compte, ses pas le conduire devant la porte de la chambre où se trouvait Sheena et Préséa qui veillait cette dernière. Il prit une grande inspiration comme pour se donner du courage et abaissa le loquet de la porte.

-Tu peux aller te reposer si tu veux Préséa. Je prends le relais, dit-il en entrant.
Celle-ci hocha la tête et se leva.
-Est-ce qu’elle a repris conscience ? lui demanda-t-il alors qu’elle s’apprêtait à franchir la porte.
-Non, mais la fièvre augmente. C’est mauvais signe, répondit Préséa en refermant la porte sur elle.
Zélos prit place sur la chaise en bois, située prés du lit de Sheena que Préséa venait de quitter à l’instant. La jeune femme s’agitait toujours dans son sommeil, il pouvait percevoir quelques bribes de phrases incohérentes. Il rapprocha son siège du lit et pris la main de Sheena en écartant de son front, une mèche de cheveux collée par la sueur.

La forêt noire et inquiétante l’entourait comme un étau…
Un étau oppressant qui l’étouffait chaque minute d’avantage.
L’air était suffocant…une chaleur intense…sûrement un feu quelque part.
Cette fois encore, la créature la poursuivait sans relâche et elle n’avait nulle part où aller.
Elle cours de toute ses forces…soudain une clairière qui est la proie de flammes infernales se dresse devant elle.
L’atmosphère est brûlante. Le feu gagne chaque seconde du terrain mais elle est comme pétrifiée… Les flammes commencent à lécher ses pieds nus et ses haillons. C’est tellement insoutenable qu’elle se met à hurler, réalisant tout à coup avec horreur que c’est elle qui est en train de brûler… !

-AAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHH !!!
Le hurlement de Sheena réveilla Zélos en sursaut alors qu’il s’était assoupi.
-Que…Sheena ! s’exclama-t-il
Sheena était à présent assise sur son lit et pleurait à chaudes larmes, visiblement effrayée. Elle hoquetait et avait du mal à retrouver une respiration normale.
Sans réfléchir, Zélos s’approcha d’elle et la prit dans ses bras en lui murmurant des paroles d’apaisement. Elle venait sans doute de faire un cauchemar…
-Là, c’est fini, dit-il doucement en la berçant d’avant en arrière. C’est fini, ce n’est qu’un mauvais rêve.
-Je … je brûle, c’est… atroce…vite…de l’eau…arrêtez le feu… s’il vous plait…s’il vous plait, gémit-elle au creux de ses bras entre deux sanglots.
-Mais non Sheena, tu ne brûle pas voyons, tu as juste de la fièvre.
Mais elle ne semblait pas l’avoir entendu et continuait sa litanie. Zélos réalisa alors qu’elle était toujours dans son rêve. Avisant le pichet d’eau posé sur la table de nuit, il en renversa le contenu sur le visage de la jeune femme.
-Et voilà ! Ca va mieux maintenant ?
Sheena accrocha le regard de Zélos comme si elle s’apercevait seulement maintenant de sa présence.
-Que… qu’est ce que je fais ici ? Que s’est-il passé ? …Zélos ? fit-elle en rougissant.
Elle venait de se rendre compte qu’elle était dans les bras de l’Elu et qu’elle n’était pas des plus habillée…Elle fit mine de le repousser mais Zélos la tenait fermement contre lui. Elle n’avait pas assez de force et se sentait si faible. Sa tête était lourde et lui faisait mal. Elle avait l’impression que son cou était raide et que tous ses membres étaient engourdis.
-Tu es dans la chambre de l’hôtel. Tu as poursuivi Kuchinawa dans les égouts et t’es faite blessée pendant le combat. Je t’ai retrouvée et je t’ai ramené ici où Régal t’a soigné. Tu te rappelles ?
Sheena acquiesça faiblement.
-Puis tu t’es évanouie. Les armes de Kuchinawa étaient empoisonnées… regardes, lui dit-il en lui montrant son bras blessé.
-Empoisonnée ?
-Oui. Colette est partie avec Régal et Génis tout à l’heure. Ils reviendront avec Raine pour qu’elle puisse de soigner comme il faut. Ici, nous n’avons malheureusement rien. Alors…il faudra que tu tiennes jusque là.
-Oui, souffla-t-elle.
Elle frissonnait maintenant de la tête aux pieds.
-Hé ! Mais tu trembles… la fièvre doit être en train de monter.
Puis avisant le lit à moitié mouillé, il s’exclama :
-Oups ! Je n’y suis pas aller de main morte tout à l’heure… Il faut changer ces draps trempés… Attends, ne bouges pas.
-Et où veux-tu donc que j’aille, Elu ? J’aurais bien du mal à sortir de ce lit, dit-elle en grimaçant.
Zélos attrapa la couverture qui couvrait le lit qu’occupait Colette et emmitoufla Sheena à l’intérieur. Puis il l’aida à se lever et l’installa sur la chaise.
-Voilà, dit-il en resserrant les pans de la couverture autour d’elle. Surtout restes où tu es, je reviens.
Il sortit précipitamment de la pièce et elle l’entendit dévaler les escaliers.

Diane avait eu froid et c’est cela qui l’avait réveillé. Elle s’attendait à trouver l’Elu du Mana de Tésséha’lla à coté d’elle, mais il n’y avait qu’une place vide. Etonnée, elle se leva, jeta un peignoir sur ses épaules et partit à se recherche. Elle arpentait le couloir lorsqu’un hurlement d’horreur la cloua sur place. Elle s’apprêtait à rejoindre prestement sa chambre quand elle cru reconnaître la voix de Zélos. Elle s’approcha de la chambre la plus proche et jeta un coup d’œil par l’entrebâillement de la porte. Zélos avait pris cette petite traînée de Mizuho dans ses bras ! Shocking ! Non mais ça n’allait sûrement pas se passer comme ça ! Qu’est ce que cela voulait dire, enfin ?!! « Ce n’est pas possible pensa-t-elle…je dois sûrement rêver… oui… ça ne peut être que ça… » pensa-t-elle. Elle tenta de se pincer pour se prouver qu’elle rêvait, en vain. L’Elu tenait toujours l’invocatrice dans ses bras et la berçait doucement. Diane sentit la colère et la jalousie monter en elle. Cette Sheena était décidément une vraie sorcière ! Elle profitait sans scrupule de la gentillesse de maître Zélos ! C’était intolérable. Diane faillit s’étouffer en voyant combien il prenait soin d’elle et lorsqu’il la porta à moitié pour l’installer sur la chaise, ce fut le bouquet… !
Diane se recula précipitamment dans la pénombre lorsque l’Elu fit mine de se diriger vers la porte. Pas question qu’il la surprenne en train d’espionner ! Celui-ci passa devant elle sans la voir et descendit les escaliers menant à la salle commune.

Assise sur la chaise en bois et enveloppé dans sa couverture, Sheena repensait à son cauchemar. C’était bien la première fois qu’elle se retrouvait devant une clairière en flamme. D’habitude c’était toujours le même rêve qu’elle faisait, les variantes étaient très rares et celle-ci était de taille. Peut être que cela était dû à la fièvre…
L’esprit embrumé, son corps engourdi n’aspirait qu’à une seule chose : dormir. Elle espérait que cet imbécile de Zélos allait vite revenir. La porte de la chambre grinça et elle releva la tête au prix d’un effort considérable, pensant que c’était lui qui était remonté. Devant elle se trouvait Diane, en peignoir et un peu échevelée, ce qui la rendait moins tirée à quatre épingles que d’habitude et presque sympathique. Cependant, elle avait l’air furieuse et se dirigea vers Sheena d’un pas décidé. Le temps que son cerveau analyse les informations, elle se retrouva par terre sous la gifle que la jeune femme blonde venait de lui asséner.
-Non mais vous avez perdu la tête ?
-Tais toi, espèce de petite arriviste, siffla Diane avec un regard courroucé. Ne crois pas que tu vas te mettre si facilement entre moi et l’Elu. J’ai bien trop manigancé pour éliminer mes précédentes rivales et devenir la favorite pour que tu viennes tout gâcher avec tes airs d’ingénue.
-Mais enfin…
-C’est moi qui aurait le titre de compagne officielle de l’Elu, mets toi bien ça dans le crâne ! Ne t’approche plus de lui !!!
-Euh, en général c’est lui qui s’approche de moi vous savez…
-Arrêtes de raconter des mensonges ! fit Diane à voix basse en lui donnant une nouvelle gifle retentissante. Je t’ai vu dans ses bras tout à l’heure et tu n’avais pas l’air de détester ça. Si tu ne cesse pas tout de suite de lui faire des avances, il va t’en cuire, crois moi… . Et ce ne sont pas des paroles en l’air !
« Elle est complètement folle » songea Sheena en grelottant de fièvre. Les propos de Diane n’avaient aucun sens pour elle. Elle n’avait rien fait de mal, alors pourquoi l’accablait-elle ainsi ? Rendue un peu plus sensible que d’habitude à cause de sa fièvre de cheval, Sheena sentit ses yeux picoter et bientôt des larmes d’incompréhension coulèrent le long de ses joues sans qu’elle puisse rien faire pour les retenir.

-Diane ?!! Que faites vous ici ? s’exclama Zélos,accompagné de la patronne en bonnet de nuit, de nouveaux draps propres en main et visiblement surpris de la trouver dans la chambre de Sheena….Avec Sheena à ses pieds en plus ! Que c’était-il donc passé ?
-Ah, je vous cherchais maître Zélos. Vous avez disparu si soudainement que je me suis inquiétée. J’ai aperçu de la lumière ici alors je suis rentrée et je l’ai découverte par terre, dit-elle en se retournant vers Sheena et en lui intimant l’ordre de ne pas la contredire.
Devant tant de fureur dans le regard, Sheena, toujours à terre, acquiesça timidement.
-Je voulais l’aider mais elle a refusé mon secours. Madame fait sa fière sans doute, s’empressa-t-elle d’ajouter d’un air hautain.
Le regard de Zélos allait alternativement de Diane à Sheena, cherchant à savoir qui des deux femmes disait la vérité. Il fronça les sourcils devant les yeux rougis de la jeune invocatrice, où brillaient encore quelques larmes. Il traversa prestement la pièce et vint s’accroupir auprès d’elle. Sheena baissa les yeux et rentra la tête dans ses épaules en resserrant fébrilement la couverture autour d’elle. Remarquant des marques blanches sur sa peau rougie par la fièvre, il réalisa pourquoi elle se trouvait sur le plancher et ses yeux se durcirent, foudroyant sa favorite.
-Bien, voyons voir ce lit, fit la patronne de l’hôtel, afin d’essayer de noyer le poisson et d’éviter une explication des gravures pour le moins houleuse.
-Venez m’aider Diane, puisque vous êtes là. Nous allons la mettre sur l’autre lit en attendant, dit Zélos.
Celle-ci obtempéra sans rien dire. Quand l’Elu ordonnait, elle obéissait. Elle ne voulait pas lui déplaire, ça non ! Elle avait compris qu’elle avait été percée à jour alors inutile d’aggraver son cas…
Pendant que la tenancière s’activait autour du lit, Zélos entraîna Diane à sa suite dans le couloir.
-Non mais qu’est ce qu’il vous a pris enfin ! explosa-t-il à voix basse, une fois hors de la pièce.
-Je ne vois pas où vous voulez en venir…
-Il était inutile de la frapper…Que vous avait-elle fait au juste ?
-…
-Répondez, Diane ! Sachez que je tolèrerais plus une pareille attitude. C’est assez méprisable de votre part de vous en prendre à elle alors qu’elle est blessée…
-Je suis désolée maître Zélos, je me suis laissée emportée mais cela ne se reproduira plus, fit-elle en baissant la tête.
-Je l’espère bien !
Puis la laissant plantée là Zélos retourna auprès de Sheena. Il la souleva prestement dans ses bras et la conduisit jusqu’au lit maintenant refait. La tête lourde de la jeune femme venait de rouler contre sa poitrine. Elle avait de nouveau perdu connaissance. Son corps entier était brûlant, comme si il venait de la sortir du brasier ; il pouvait le sentir même à travers la couverture. Il la déposa avec douceur sur le matelas, la borda et remercia l’hôtelière de lui avoir rendu service.

Le masque venait de tomber…

Le regard noir, Diane observait la scène. Ainsi donc il préférait cette paysanne insolente, à elle, le plus beau parti de la capitale… Elle avait peut être perdu cette bataille, mais certainement pas la guerre. Une femme jalouse et bafouée était bien pire que tout les assassins du monde, même les plus féroces.
-Vous payerez cet affront, tous les deux. Il vous en coûtera, mon cher Zélos, de m’avoir ainsi rejeté. Oui, je me vengerais, promit-elle, en serrant les poings

_____
Le secret de Régal : mais comment fait-il pour grimper avec les mains liées ?

Colette : Dis Régal…
Régal : Oui ?
C : Comment fais-tu pour grimper le long du mur alors que tu as les mains liées ?
R : Ahah ! J’ai un secret !
Génis : Oui, il utilise ses dents… du coup la corde était toute dégueulasse de bave de Régal ! Je le sais, je suis monté derrière lui -_-‘
C : O_o
R : …
C : Oui mais si y a pas de corde et que c’est une paroi rocheuse, il doit se faire trop mal aux dents le pauvre…
G : Euh … Colette, je plaisantais là… il n’a pas une mâchoire d’acier… lol

N : En fait Régal détache tout simplement ses mains en traficotant la serrure à la Mc-Giver : une épingle, du chewing-gum et hop, il vous fait une voiture ! Trop la classe non ?^^

COMMENTAIRE(S)

Il n'y a pas encore d'avis de déposé, soyez le premier à le faire !!

Pour noter et laisser des avis sur les fiches vous devez être membre,
ceci est GRATUIT et RAPIDE, n'hésitez pas à vous inscrire.

FICTIONS DE NAIKKOH

PROFIL DE NAIKKOH

RECHERCHE DE MEMBRES

#
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

RÉSEAUX SOCIAUX

PUBLICITÉS

MANGA EXCHANGE

Echangez vos bannières gratuitement avec Geneworld grâce à Manga Exchange

LES RECHERCHES LES PLUS POPULAIRES

  Kiba    Astérix et cléopâtre    Rex fabula    Grabouillon    .hack//G.U.    Hanazono merry go round    Yahari ore no seishun love come wa machigatteiru.    The arms peddler    Sexe et magie noire    Seven deadly sins    Sharivan    Mes parrains sont magiques    Sam le pompier    Skip beat !    Shingeki no kyojin  
Geneworld.es Geneworld.fr Geneworld.net - Fighting cards - Anime Covers - Manga Exchange - Hentaï Exchange - Mangavortex - Anoukis Shop - Pavillon Noir
Site membre du réseau Enelye - Copyright © 2004-2018, Anoukis Multimedia